Accueil | Préparatifs | Présentation | Tour du monde | Interview | Coin des écoles | Sponsoring |
Tour du monde en autostop - Jeremy Marie

Partenaire







 Carnet de Bord : Etats-Unis (Partie 3: La Côte Ouest)

Du Sud au Nord de la côte Ouest des Etats-Unis, celà fait beaucoup de couchers de soleil mais avant que la lune vienne le remplacer, j'ai pu contempler et tenter d'analyser ce qui fait que la côte Ouest est si différente de ce que j'avais pu voir des Etats-Unis jusqu'à présent.

La côte Ouest, c'est beaucoup de Californie, un Etat mondialement connu pour plusieurs raisons, plus ou moins bonnes, parfois étranges, parfois géniales, parfois pas, mais qui retiennent l'attention dans tous les cas.

J'ai parcouru pendant ce dernier mois une zone bleue... non parce qu'il y avait l'Océan Pacifique mais parce que la Californie, l'Orégon et Washington sont des Etats qui votent démocrates. Ces Etats sont donc plus ouvert et semblent plus libres que leurs compères placés plus au centre du pays.

De nombreux mouvements a expansion planétaire debutèrent sur la “West Coast”. Ici se créa la génération hippie, de même nous pouvons dire que le combat pour l'acceptation des droits homosexuels a son origine dans la baie de San Francisco.

Ici, c'est aussi un point de chute pour la fuite des cerveaux.... qui quittent leurs pays motivés par des intérêts économiques plus importants dans cette partie du monde.

La côte Ouest peut faire rêver, nous “broadcastant” nos rêves d'une façon médiatique on ne peut plus efficace: ici se trouve Hollywood en effet.

Mais quel est le revers de ce rêve? N'est ce qu'une machine à en fabriquer ou cela existe t'il vraiment? Quels sont les autres interêts de la Côte Ouest? Quels sont ses atouts, et ses inconvénients?

Plongeons donc un peu plus au pays des surfeurs, et attention à la vague!

La côte Ouest, 3 Etats: Californie, Orégon et Washington


Géographiquement, la côte Ouest, c'est tout de même 3 Etats. Regardons rapidement la carte et l'itinéraire que j'ai pu parcourir.


Pour vous donner une idée de la taille du pays, la distance de la ville de San Diego (située au sud de la Californie a la frontière avec le Mexique) jusqu'à la ville de Seattle (située au Nord de Washington près de la frontière du Canada) est d'environ 2000 kilomètres, dont environ 1300 en Californie.

2000 kilomètres parcourus en approximativement 1 mois, en autostop bien entendu.

L'autostop sur la côte Ouest

En venant du centre du pays, je pense que j'ai fait le plus dur tant l'autostop sur la côte Ouest m'a semble aisé. Fini les attentes interminables au bord de la route, deux heures furent mon grand maximum et une petite heure fût la moyenne. Evidemment, après le Mexique, cela n'est pas du grand luxe mais après le Texas, c'est le paradis!

En Californie, cela fût peut-être le plus difficile des trois Etats, notamment vers Los Angeles. Je dirais que l'Orégon fût l'Etat ou l'autostop fût le plus aisé et dans l'Etat de Washington, la majeure difficulté fût de passer outre les interdictions... En gros, la mission était d'arrêter un véhicule avant que la police ne me trouve... Ce fût une sympathique partie de cache-cache et heureusement, ce panneau ci-dessous ne resta pour moi qu'une menace.

Dans l'Etat de Washington, pas d'autostop sur les entrées d'autoroutes

(Piétons, autostoppeurs, vélos interdits)


Effectivement, l'autostop fonctionne dans cette région si vous faites néanmoins l'effort d'avoir l'air un peu normal. Je fus en effet concurrencé dans mon activité par divers squatteurs dont l'odeur et le degré d'alcool ne leur facilita pas la tâche...

Pour etre honnète, avoir l'air propre et souriant augmenta nettement mes chances d'arrêter un véhicule. Posséder une indication du lieu souhaité m'a sans doute aidé dans l'obtention d'un lift... sans doute aussi parce que mon indication titrait “Tour du Monde”.

Des paradoxes étonnants


Je mentionnais ci-dessus la présence de squatteurs. Ces derniers sont plus ou moins des sans-abris et ils sont nombreux sur la côte Ouest. En effet, le climat clément tout au long de l'année et la tolérance des autorités sont une invitation pour les sans-domiciles a élire leur pied-a-terre au bord des longues plages amenagées de sable fin.

J'ai ete interpellé notamment par la fréquence des requètes de mendicité dont je fus l'objet. Constamment, je devais répondre à cette question: “Any change?” (“As-tu de la monnaie?”)

D'autres ont trouvé des moyens un peu plus originaux de collecter leur gagne-pain


Paradoxalement, donc, cette mendicité peut avoir lieu au milieu de manoirs valant plusieurs millions de dollars comme dans les quartiers de Beverly Hills ou de Bel Air à Los Angeles.

Le culte du capitalisme et de l'individualisme pratiqué abondamment dans la region sud-californienne amène a cette massive différence entre le clochard sans le sou et le multi-milliardaire prospérant en haut de sa colline.

Me voici avec mon ami Olivier... prospérant... en bas de la colline


 

Tu me vois? Tu m'as vu?

Le culte de l'individualisme ou l'art de se faire remarquer visuellement. Et bien souvent, nous frôlons desespéremment le ridicule. Encore, plus au Sud de la côte Ouest nous nous trouvons, plus l'attention semble importante à capter...

A Venice Beach, un athlète passait son temps a exhiber ses muscles devant une foule pas avare de photographies!


De même, à Santa Barbara, le fait de se marier sur la plage ne semble pas être une coutume à respecter. Ce samedi-la, il y avait quatre mariages côte à côte qui rivalisaient “d'attention à capter” car ceux-ci se déroulaient... en face de la promenade publique, soit une foule de badauds en tout genre.


Mais pourquoi tous ces gens essayent d'être remarqués? Quel est leur motivation? Pour quel but?

Peut-être parce que nous nous trouvons en effet dans la capitale mondiale du cinéma. Sans doute car i l'un des buts ultimes ici est d'avoir son étoile sur le trottoir et sa tête affichée sur tous les murs de la ville, donc de Californie, des Etats-Unis et du Monde! Nous sommes a Hollywood, il est ainsi bon d'être vu et reconnu ici et certaines personnes fournissent plus d'efforts dans ce sens.

Mieux que l'étoile, les empreintes sur Hollywood Boulevard. Je vous laisse reconnaitre.


Nous sommes donc dans la capitale mondiale du divertissement. Pour vous faire comprendre un petit peu, je ne me suis pas senti en terrain inconnu même si c'était la première fois que je mettais mes pieds a Los Angeles. Gràce à la puissance des médias centrés ici, je reconnaissais même les petits détails d'une vie de tous les jours qui n'était pas la mienne.

Je reconnaissais cette voiture de sauveteurs et cette cabane, toutes droites sorties de “Alerte à Malibu”


De même, impossible de manquer ce fameux signe sur la colline, vous l'avez tous déjà vu quelque part


Divertissant oui, mais pour un court laps de temps uniquement. Je sentais le sentiment de Las Vegas revenir, là où les limites sont floues. Je décidais donc de remonter cette fameuse côte vers le Nord et, éventuellement, d'en apprendre le plus possible sur la vie des gens “normaux” de Californie, d'Oregon et de Washington.

 

Naturellement très attractif

En sortant des autoroutes à neuf voies de cette ville de 400 kilomètres de long nommée Los Angeles, j'espérais voir un peu moins de béton armé et un peu plus de roches, de forêts, de lacs... de la nature finalement!

En sortant des autoroutes à neuf voies de Los Angeles (bon, là il y en a que cinq, mais quand même!)


Laissez-moi dire que je ne fus pas déçu. En ayant suivi la petite route côtiere, j'ai pu admirer de nombreux paysages aussi incroyables les uns que les autres. Le moment fort fût sans doute cette traversée d'une zone appelée le “Big Sur”, un endroit très similaire à la région du Cap en Afrique du Sud.


Les plages californiennes sont reconnues, autant par les clones de Pamela Anderson que par les Brice de Nice locaux. La mecque du surf mes amis! Bienvenue en Californie, là ou vous pouvez caresser les vagues les 12 mois de l'année, et ça croyez-moi, ils savent en profiter ici!

La mecque du surf: la Californie


Les plages californiennes, elles sont aussi appreciées par les Eléphants de mers. J'ai pu en effet observer ces animaux marins de tailles tres imposantes, près de l'ancienne capitale californienne Monterey.


Un peu plus au Nord, je me suis retrouvé dans une forêt de Sequoias géants. Il est étonnant de se retrouver au milieu d'arbres aussi grands. Ceux-ci sont parfois extrêmement anciens et peuvent atteindre un age de plus de 1300 ans!


Et je suis un jour arrivé à San Francisco. Le changement est pour le moins important comparé à l'autre ville majeure de Californie. San Francisco est situé dans une baie, donc entouré d'eau. Les vues peuvent être plutôt époustouflantes, et même à l'interieur de la ville.

Voyez donc ce panorama d'Ocean Beach, bordant la ville de San Francisco

 

De San Francisco à Seattle

San Francisco est sans doute l'une des villes les plus plaisantes que j'ai pu visiter jusqu'à présent. Situé dans un cadre naturel exceptionnel, cela m'a un peu fait penser à la ville du Cap en Afrique du Sud... comme quoi le chemin y menant n'était pas seulement qu'une mise en bouche.

San Francisco est un peu le coffre à idées de la côte Ouest avec Seattle. Beaucoup de projets ambitieux y ont vu le jour et se sont exportés de par le monde suite a leurs créations.

Musicalement et spirituellement, le mouvement Grunge s'est developpé à Seattle sous l'impulsion de Nirvana et Alice in Chains tandis que le mouvement Hippie est né à San Francisco.

D'ailleurs, sur toute la côte située au Nord de San Francisco, et spécialement en Orégon, j'ai pu rencontrer un nombre impressionnant de hippies, qui résistent toujours et encore à l'envahisseur...

Différents mouvements alternatifs semblent plutôt trouver porte ouverte en Orégon, qui doit être l'un des Etats les plus libres que j'ai pu traverser.

Un petit message sympathique à Portland dans l'Orégon (“Garde Portland bizarre”)


Politiquement, le militement pour les droits homosexuels a debuté à San Francisco. Le quartier Castro est d'ailleurs reputé pour sa forte population activiste gay. On y retrouve des drapeaux aux couleurs arc-en-ciels, symbole de la cause homosexuelle, un peu partout.

Une fresque murale multicolore à San Francisco


Technologiquement, la Silicon Valley est tout simplement située au sud de San Francisco avec en tête de liste Google ou Craiglist alors qu'à Seattle, vous retrouverez la bande a Bill Gates avec Microsoft.

San Francisco, ce sont ses rues a faire palir Richard Virenque, ce sont ses bus cablés, c'est aussi Alcatraz, c'est son immense Chinatown ou encore et surtout le fameux Golden Gate.

Le Golden Gate de San Francisco

 

Un peu de culture et de différences

Il est assez difficile d'aborder le sujet des différences de culture aux Etats-Unis car leur façon de vivre est plutot proche de celle que nous avons en France. En effet, nous adaptons tous les deux un système de vie occidental, les différences ne sont donc pas elevées.

Néanmoins, mon oeil a pu relever quelques petits détails, certes pas de quoi a créer une nouvelle civilisation mais au moins c'est 100% local et c'est celà qui nous intéresse.

Lors de petites balades dans les zones de residences, j'ai pu remarqué un système de boîte aux lettres plutôt inventif:

-Si vous n'avez pas de courrier a donner au facteur, on laisse le drapeau en bas.

-Par contre, si vous en avez, hop! Le drapeau vers le haut! Et vous n'aurez pas besoin d'aller au bureau de poste!


Parlons sport maintenant. Vous savez qu'aux Etats-Unis, le sport a une place très importante dans la vie de tous les jours. De nombreux sports furent créés dans ce pays et les américains en sont très friands. Je veux parler du Football americain, du Baseball, de Lacrosse, de Hockey sur glace, ou encore de Basket-Ball.

Récemment, en passant devant le stade de Baseball de Seattle, j'ai eu l'heureuse surprise de me voir offrir une place gratuite pour le match qui s'y déroulait.

Mon premier match de Baseball, Go Seattle Go!


Je vous parlerais bien de la culture culinaire mais en photo, celà ne rend pas très bien. Allez, en introduction à un futur article sur la cuisine américaine, voici les ailes de poulet sauce barbecue!

Les ailes et pattes de poulet sauce barbecue, HMMM!!!!




Ainsi se termine la première partie de mon itinéraire aux Etats-Unis. Je vais entrer très bientôt dans un nouveau pays: le Canada. Je n'y resterais tout d'abord pas longtemps car mon objectif est d'atteindre l'Alaska avant que le grand froid n'arrive...et que je reste hypothétiquement bloqué là-haut pendant six mois!

La côte Ouest des Etats-Unis fût plutot intéressante et tres variée. De la culture ultra-individualiste de Los Angeles aux mouvements alternatifs de l'Orégon, la variété et une certaine forme de liberté d'expression furent ce que je retiendrais dans ce passage de la Californie à l'Etat de Washington.

Il me semble que notre regard pourrait se porter vers cette partie des Etats-Unis quant aux réponses que l'on devrait apporter aux problèmes qui se poseront dans un futur proche, notamment concernant l'environnement.

J'ai pu encore réaliser que les Etats-Unis sont un pays extrêmement variés. La côte Ouest est comme un autre pays comparé aux Etats du Centre et au Texas. Les mentalités divergent, le climat change, les paysages sont complètement différents.

Derrière mon dos se dresse le paysage urbain de la dernière grande ville que j'ai traversé dans ce premier passage aux Etats-Unis: Seattle.


Je vous laisse donc ici et un autre challenge se dresse devant moi: rallier Anchorage en Alaska qui se situe à plus de 3500 kilomètres d'ici, et celà en moins de 3 semaines.


A très bientôt dans le grand froid j'espère!

Jérémy



Retour au Sommaire

Copyright 2009 - Tous droits réservés - Tour du monde en autostop - Une réalisation ACS Informatique - Creation site internet