Accueil | Préparatifs | Présentation | Tour du monde | Interview | Coin des écoles | Sponsoring |
Tour du monde en autostop - Jeremy Marie

Partenaire







 Carnet de Bord : L'Est du Canada: Le Québec et les Maritimes

L'anglais est incontestablement ce que l'espéranto s'était vanté de devenir à la fin du 19ème siècle. L'espéranto, avec pour but de connecter les personnes s'exprimant dans un langage différent, n'a pourtant jamais fait son trou... ou plutôt, il s'est rapidement retouvé enterré.

L'anglais aujourd'hui, et j'ai pu l'observer, est utilisé dans tous les pays du monde. Même dans les villages les plus perdus d'Afrique, je pouvais au moins demander le professeur d'anglais.

Voila pourquoi après plus de deux ans de voyage, je dois dire que j'étais assez heureux de changer mon mode de communication pour le français, que j'avais rarement pu utiliser durant ce dernier “couple” d'années.

Ce dernier “couple” d'années. Ceci est une expression québecoise qui n'est pas utilisée en France. Le québecois, en effet, est un peu différent de la langue pratiquée dans l'hexagone. De même, l'acadien, cette autre forme de français utilisé dans les régions maritimes, est encore plus différent.

Je me suis encore rendu compte qu'un langage permet d'expliquer quelles influences les civilisations passées dans la région ont eu.Un langage est aussi nécessaire pour comprendre la façon de penser et d'agir d'une population.

Mon but est plutot proche de ce que le langage peut offrir: comprendre mes congénères.

Autant vous le dire tout de suite: obtenir des intéractions positives avec les locaux dans cette région du monde fût un bonheur total.

Plus d'informations ci-dessous si vous le voulez bien.


 

Un îlot au milieu de l'impérialisme anglophone

Nous sommes presque en 2010, toute L'Amérique du Nord est envahie par le langage anglais... Toute? Non! Car une petite partie du continent résiste toujours et encore à l'envahisseur. Et la vie n'est pas si facile pour les garnisons américaines des villages retranchés New Yorkorum, Washingtonbonum, Los Angelestosum et Seattlepidum...

Cette petite partie du continent est le “Québec”. Celui-ci a choisi de continuer le bras de fer pour garder une partie de sa culture.

Un bras de fer... C'est ce que j'ai tout d'abord pensé lorsque je me suis promené dans les rues de Montréal. Quel pouvoir faut-il pour arriver à faire modifier les enseignes des plus grosses compagnies? Même un KFC (Kentucky Fried Chicken) a du s'adapter pour se franciser en PFK (Poulet Fris du Kentucky).

Du KFC au PFK


Souriant doucement, je pensais qu'au moins, celà serait une leçon d'humilité pour les producteurs de ces compagnies d'engraissement de population.

Un peu plus loin, les lobbys locaux ont été incapables de sauver la peau du géant “Starbucks Coffee”, transformé lui aussi pour l'occasion en “Café Starbucks Coffee”.

Café Starbucks Coffee... Il n'y a que dans le titre que l'on double le café!


Le Québec a une culture différente, unique. Le langage, donc la musique, donc la littérature, donc la façon de penser en général. Comment en est-on arrivé là?

La première personne d'Europe a avoir mis les pieds au Québec fût l'explorateur français Jacques Cartier. Néanmoins, comme dans le reste de l'Amérique, ces terres étaient aussi peuplées d'amérindiens... Cependant, avouez que le “Bon Blanc Chrétien Européen” avait plus de droits d'être là... enfin il avait son droit en tout cas!

De nombreuses guerres plus tard, avec les locaux iroquois ou avec les anglais anglophones ou les deux en même temps, les immigrés français parlent toujours français. Nous pouvons les retrouver aujourd'hui au Québec, en Acadie, ou en Louisiane, tandis que les immigrés anglais se sont eux étalés sur tout le reste du continent.

Aujourd'hui, la culture québécoise n'est pas tout à fait française, pas tout à fait autre chose car elle s'est developpée d'une façon plutôt unique. C'est un mélange d'influences françaises, américaines ou même aussi iroquoises.

Tellement d'influences que personne ne semble réellement connaître l'origine du nom assez loufoque de ce petit village au Québec: “Saint louis du Ha!Ha!”


La ville de Québec par exemple, n'a pas franchement l'air d'une bonne métropole américaine, mais plutôt d'un petit village français.

Québec ville


Ou le fameux château de Frontenac, pas vraiment le sosie de l'Empire State Building.


Au contraire de la métropole de Montréal qui elle, n'a rien d'un village gaulois!



La langue française est donc une partie importante de la culture québecoise.

Néanmoins, d'autres aspects de sa culture sont au moins aussi importants, comme la gastronomie que nous allons découvrir ci-dessous.


 

A table!

 

La gastronomie québecoise

La poutine!

Rien à voir avec Vladimir, ni avec la russie, bien que ce plat soit plus appréciable en temps de grand froid. La poutine est un plat de frites en sauce avec du fromage par-dessus. Le rendu visuel n'est pas tres appétissant, mais le met est plutôt goûtu... et quand il fait froid dehors, il est certainement encore plus apprecié.

Une poutine


Nous retrouvons également la “queue de castor”. Ce met est une patisserie canadienne, que l'on retrouve principalement au Québec. La queue de castor a la forme d'une queue de castor mais pas le goût... heureusement... Celà ressemble un peu a une gauffre, sur lequel nous ajouterons différents types de sauce, comme le très populaire beurre de cacahouète par exemple.

La patisserie “Queue de castor”


Et une vraie queue de castor, pour la forme...


 

L'alcool au Québec et en Amérique du Nord en général

Du plaisir de la table a ses accompagnements, il n'y a qu'un pas. Néanmoins, l'alcool est un sujet tabou au Québec et peut-être encore plus aux Etats-Unis.

Pour commander une boisson alcoolisée ou pour simplement entrer dans un bar, il me faudra montrer ma carte d'identité. Au Canada, je peux consommer de l'alcool à partir de 19 ans; aux Etats-Unis c'est 21 ans. Il est aussi interdit de “posséder une bouteille debouchonnéeà l'extérieur de sa maison.

De même, de fortes taxes sont affligées par le gouvernement à ce type de boisson.

Alors, il est possible de voir de nouvelles sortes de restaurants, proposant au client de venir avec sa propre bouteille s'il le souhaite.

Apportez votre vin, il sera moins cher...


Je n'évoque évidemment pas le fait d'allier alcool et conduite. Pourtant, certains malins ont réussi à combiner les deux, tout en restant dans la legalité.

Au moins, on est sûr à qui elle appartient cette voiture!


En Amérique du Nord, il est en effet possible de choisir son inscription sur sa plaque d'immatriculation, moyennant finances évidemment.

 

Après le repas, la glace

La neige, la glace, les patinoires et le hockey. Comme je le disais dans l'article précédent, le hockey est incontestablement le sport numéro 1 au Canada. Il l'est aussi au Québec.

Dès le plus jeune âge, peut-être même avant l'âge de marcher, on met les enfants sur des patins. Dans les cours de recréation, on ne joue pas au football, non! Pas de balle en mousse! Par contre, tout le monde se ramène avec sa crosse.

Dès le plus jeune age, on met les enfants sur des patins


Chaque ville a son équipe... sauf peut-être la ville de Québec... qui a tout de même réussi à vendre son équipe à la ville de Denver aux Etats-Unis! Les “Nordiques de Québec”, créée à partir de fonds privés, a tout simplement été vendue. Oui, il est possible de vendre son équipe, même dans une autre ville et même dans un autre pays!

Imaginez-vous que l'Olympique de Marseille soit vendu et se retrouve à Minsk en Biélorussie!

Des problèmes d'argent, Montréal en a aussi eu pour l'organisation des Jeux Olympiques en 1976. Vous avez sans doute déjà vu l'image du stade olympique construit pour l'occasion de cet événement international. Il aura coûté en tout 1 milliard de dollars... Et la tour n'était pas entièrement construite lors de l'ouverture des Jeux...

Le stade olympique de Montréal, vu depuis le Mont Royal

 

Un petit tour dans les maritimes

De l'autre extrême, qui est la côte Ouest du pays, jusqu'au Quebec, on m'avait prévenu: “Plus tu iras vers l'Est, plus les gens seront sympathiques”.

Je dois dire que c'est complètement vrai, le Nouveau Brunswick et la Nouvelle Ecosse m'ont extrêmement bien accueilli.

Très peu de fois en Amérique du Nord ai-je été invité à dormir chez l'habitant par des inconnus... En 7 jours de voyage dans ces régions bordant l'Océan Atlantique, j'ai reçu 4 invitations à passer la nuit chez les locaux!

En échange, j'ai même eu l'opportunité d'expliquer mon voyage à une école de Sackville dans le Nouveau Brunswick.


Cette région est aussi appelée “maritime” car, comme je le disais, elle borde l'Océan Atlantique. J'aime ce type d'étendue marine infinie et son littoral. La côte Est canadienne est vraiment magnifique et sauvage. Pour vous donner une idée, cher métropolitains français, je dirais qu'elle ressemble un peu à notre Bretagne.

Un petit village littoral de la côte Est canadienne


Cette côte est aussi très difficile à naviguer, c'est pour cette raison qu'il est possible d'apercevoir de nombreux phares, comme celui-ci à Peggy's Cove.

Le phare de Peggy's Cove


Arrivé à la derniere grande ville a l'extrême Est du pays, Halifax, j'ai donc réussi ma mission de traverser tout le Canada sur “le pouce”, ce qui fût plutôt aisé...

Halifax, la grande dernière ville a l'extrémité Est du Canada

 

Le Québec et les maritimes sur “le pouce”

Le “pouce”, c'est la version québécoise pour dire “faire de l'autostop”. En effet, comme le fait de montrer son pouce est considéré comme le langage corporel au Québec pour tenter d'arrêter les voitures, l'expression “faire du pouce” est ainsi utilisée.

Après cette petite explication technique, place au terrain.

Au Québec et dans les maritimes, nous ne sommes vraiment pas loin du niveau de facilité affiché au Nicaragua.

Même la police ne m'a pas ennuyé une seule fois. Pour vous dire, je me suis même lancé à faire du pouce sur l'autoroute. La police est passée à côté de moi, sans rien dire... Alors?

Alors ce fût un pur bonheur, j'ai vraiment pris du plaisir à voyager dans ces contrées très accueillantes.

Comme quoi, il est parfaitement possible d'allier développement et sociabilité. Ce n'est pas parce que l'on possède certaines richesses qu'il faut se considérer comme une victime potentielle. Le Québec et les maritimes me l'ont prouvé, merci à eux d'être devenu mon exemple.

 

Un petit éclaircissement

Pour terminer, je concluerais donc sur ce petit éclaircissement.

Vous me direz, je prends un peu partie parce que je suis français... Et bien, oui peut-être, mais pas pour les raisons que vous pouvez vous douter.

En effet, le fait d'être francais et francophone m'a permis d'accéder plus facilement à cette culture, de mieux la comprendre et d'aimer sa différence.

Je suis POUR la défense des cultures et contre une UNIFORMISATION du monde.

Le Québec n'est pas la seule culture que je défend. J'aime prendre le partie de ce genre de minorités car elles sont en général en danger. La différence est une richesse qui nous permet d'accéder à l'ouverture d'esprit: Protégeons-la!

-Rappelez-vous la situation de Panama, qui a perdu sa culture au profit d'une américanisation de leur système de vie.

-Rappelez-vous aussi le passé de notre monde, de l'époque de la latinification de l'Amérique centrale et du Sud jusqu'à la colonisation de l'Afrique par les français, les anglais et bien d'autres.

Oui, souvenez-vous de tout ça...


Tous ces “faits” pour vous dire que le Québec n'est pas un partie que je prends juste parce qu'il est plus proche de ce que je connais, au contraire...

J'aime le défi lancé de vouloir garder sa différence, car ceci est un atout mesdames et messieurs.



Je vous laisse donc en vous souhaitant de très joyeuses fêtes. Pour ma part, j'ai trouvé de la famille dans le Massachusetts pour passer mon troisième Noël sur les routes.

De la famille, comme mes parents et ma soeur qui sont venus me voir à Montreal, merci à eux!

Ensuite, je filerais à New York pour le Nouvel An!

A très bientôt,

Jérémy



Retour au Sommaire

Copyright 2009 - Tous droits réservés - Tour du monde en autostop - Une réalisation ACS Informatique - Creation site internet