Accueil | Préparatifs | Présentation | Tour du monde | Interview | Coin des écoles | Sponsoring |
Tour du monde en autostop - Jeremy Marie

Partenaire







 Carnet de Bord : 100 000 kilomètres à partager (1ère partie)

 Imaginez-vous, 100 000 kilomètres de rencontres, de mœurs partagées, de chocs culturels, de moments de bonheur mais aussi d´images frappantes. 100 000 kilomètres sur plusieurs continents, dans des pays aussi riches que pauvres, avec des différences de niveaux de vie qui parfois peuvent surprendre.

J´ai eu l´opportunité et la chance d´être le témoin d´une bonne partie de ce monde...
La chance, car provenant de France, j´ai la possibilité d´être titulaire d´un « passeport » qui me permette de traverser presque toutes les frontières de la planète sans encombre.  
La chance, car je viens d´un pays économiquement aisé qui me permet d´économiser suffisamment d´argent en un court laps de temps pour pouvoir voyager ensuite longuement dans bien d´autres contrées.

 Néanmoins, toutes les informations que j´ai pu acquérir jusqu´à présent ne serviraient à rien si je ne les diffusais pas. Chaque personne qui m´a aidé, ne serait-ce que les 1165 conducteurs qui m´ont pris en autostop jusqu´à ce jour, a agi sans connaissance de cause. Leur objectif à ce moment n´était souvent que de tendre une main vers une personne en difficulté. L´être humain est donc muni de bonnes intentions et il lui arrive d´utiliser ce bon côté.

J´en aurai douté, à l´aube de mon voyage. Allumant la télévision, les gros titres se succédaient mais se ressemblaient tous : « Famine en Ethiopie, Guerre au Soudan, Guérilla au Nicaragua, Terroristes en Indonésie… ». Vision apocalyptique d´un monde en crise ?

Puis, pays après pays, j´ai rencontré des hommes et des femmes provenant de chacune de ces populations.  Mon observation d´aujourd´hui m´aurait peut-être paru étonnante si on me l´avait communiqué avant mon départ : « La grande majorité des Hommes veulent avant tout vivre en paix et subvenir à leurs besoins ».

Ces besoins sont d´ailleurs les mêmes pour tous à la base. Bien sûr les coutumes varient selon les foyers de civilisations et c´est cela qui les rend intéressantes. Ma curiosité m´apprend à comprendre les différentes manières de penser et d´agir, ce qui me rend plus tolérant.

C´est ce message que je veux faire passer. Comprenez votre voisin, soyez curieux. De cette façon, vous éviterez les conflits et passerez sans doute beaucoup plus de bons moments que si vous cherchiez par n´importe quel moyen de vous quereller.

Ce message, j´ai décidé de le faire passer par plusieurs moyens depuis le début de mon voyage. Aujourd´hui cependant, je voudrais partager avec vous mes visites dans les centres pédagogiques. Dans chaque pays que je traverse, je prends le temps de visiter les centres d´éducations, qu´ils soient écoles, universités, alliances françaises, bibliothèques, orphelinat ou rotary club. N´importe où où je peux être entendu, j´aime communiquer ma vision du monde réel.

Carte du monde de mes visites dans les centres pédagogiques


Cela me permet de créer un échange gagnant-gagnant. Pour les élèves, cela leur donne la possibilité d´avoir une ouverture sur le monde extérieur. Pour moi, cela m´offre l´opportunité d´avoir une idée sur le système d´éducation local.

Grâce à une présentation en Powerpoint Slide Show, je passe en général 1 heure à commenter mon voyage, photos à l´appui.

Me voici réalisant une présentation à l´école Ron Pettigrew, à Dawson Creek au Canada

Pour cette première partie, nous allons nous intéresser à la présentation elle-même, aux écoles et aux orphelinats.
Faisons donc un tour dans ces établissements pédagogiques.

La présentation
Au fur et a mesure des rencontres et de mes interactions en public, mes présentations se sont étoffées pour faire passer des messages tout en restant accessible à un public souvent hétérogène.

Selon l´audience, je dois adapter mon discours, être plus clair ou plus explicite. En effet, je me retrouve dans certaines situations ou les jeunes voient pour la première fois une carte du monde. D´un autre côté, il arrive que certains aient reçu une bien meilleure éducation.

Mon but est souvent d´ouvrir le dialogue sur des idées préconçues ou d´apporter des connaissances difficilement accessibles par les moyens éducatifs mis à disposition.

La forme
Je réalise un Présentation en Powerpoint Slide Show. Cela veut dire que je connecte mon ordinateur à un projecteur qui diffuse des cartes, des photos  ou d´autres types d´images sur un écran.
Je commente le contenu visuel en m ´adressant directement au public. J´essaie de donner vie au voyage en dynamisant vocalement le défilé de projections visuelles.

Le contenu
Il y a plusieurs buts recherches dans le contenu de cette présentation. Tout d´abord, j´essaie de stimuler la curiosité du public pour qu´il soit réceptif et en situation d´ouvrir son esprit. Puis, je me concentre à mettre en avant des valeurs qui me paraissent importantes dans la recherche de la compréhension de l´autre.

Stimuler la curiosité du public
Attirer l´attention
-Tout d´abord, je présente l´aspect technique du voyage en expliquant comment fonctionne l´autostop. Je précise les différentes techniques utilisées  par l´autostoppeur pour arrêter les véhicules selon les pays et leurs cultures.
-Je poursuis dans l´explication technique du voyage en autostop en présentant les types de vehicules que j´utilise. Cela me permet de me présenter mais aussi d´attirer l´attention des jeunes sur mon projet. En effet, cela les fait souvent rire de me voir sur un âne, mais l´avantage est que par la suite ils sont plus attentifs.

Garder l´attention
-Avec tout public, il me semble important de relancer constamment l´intérêt pour ne pas perdre l´attention de ceux-ci.
J´essaie ainsi de stimuler leurs connaissances en intégrant quelques mini-jeux dans ma présentation. Par exemple, je tente d´ouvrir leur esprit sur le patrimoine mondial en leur montrant des photos tout en les interrogeant sur le lieu de chaque monument. Dans la même idée, je ferme la question des monuments en ouvrant sur un mini-débat sur le patrimoine local de l´endroit où je suis.
Comment mettre en valeur la région où je me trouve ? En quoi un étranger serait-il intéressé dans l´endroit que je visite ?
-De même, j´utilise un large support de cartes de façon à planisphérer le monde pour une meilleure compréhension géographique de notre planète.

Faire passer des valeurs
Curiosité, ouverture d´esprit, tolérance, persévérance.
Je pourrais dire que ma présentation tourne autour de ces quatre grandes valeurs qui me sont chères.  J´essaie de les faire passer a travers des exemples mais aussi des petits exercices, qui permettent également de relancer la réceptivité du public.

Curiosité
Apres l´explication technique de ce tour du monde en autostop, j´en viens aux motivations qui m´ont permis de me lancer dans ce périple. La principale motivation est en effet en curiosité. Je développe un peu sur ce thème.

La tolérance
En ouvrant sur la variété de coutumes que je découvre, j´insiste sur le fait que la différence n´est pas valorisée si l´on hiérarchise celle-ci. La différence elle-même est un atout. J´essaie donc de mettre en valeur chaque coutume, chaque mœurs ou mode de vie en détaillant un peu sur chacun d´entre eux.
Je développe ici le thème de la communication, de l´importance de l´apprentissage des langues pour se comprendre mutuellement.

Ouverture d´esprit
Cette valeur suit un peu la présentation en fil rouge. En effet, elle est la clé de la réalisation d´un tel voyage. Au carrefour de la curiosité et de la tolérance, j´essaie de la représenter par mon attitude, par les photos que je commente.

Persévérance
Etre patient et persévérant sont surement des valeurs de tout autostoppeur. Trouver des vehicules nécessite de garder son calme, le sourire et être régulier dans cet effort.
De même, croire suffisamment en ses rêves pour être capable de les réaliser amène à passer à travers moult problèmes qui, sans un peu de persévérance, seraient des barrières infranchissables.
J´essaie également de faire passer cette valeur dans ma présentation.

Enfin, je termine sur quelques paradoxes, sur le thème de la misère, de la pollution ou encore de l´éducation.

 

Les écoles et les orphelinats
J´ai remarqué que l´éducation pouvait apporter des solutions.  Malheureusement, si celle-ci est négligée, cela peut être la source de beaucoup de problèmes.
Je vous propose un tour du monde des écoles et orphelinats que j´ai visité, pour vous donner un petit aperçu des différences flagrantes de niveau d´éducation dans chaque pays.

Europe
Comme une rampe de lancement à ce projet pédagogique, j´ai commencé mon voyage depuis l´école du Clos Herbert à Caen en France.
Le niveau d´éducation en France est plutôt considéré comme important si l´on compare avec les autres pays du monde.  Encore une fois, bien entendu il y a des différences entre les plus riches et les plus pauvres, mais je ne pense pas qu´elles sont autant élevées qu´en Amérique du Nord par exemple.

Le jour de mon départ depuis l´école du Clos Herbert à Caen en France

Afrique
Les visites d´écoles africaines ont été des moments importants de mon voyage. Comme vous pouvez vous en doutez, les possibilités d´obtenir une bonne éducation sont plutôt restreintes. Le matériel est souvent drastique, les professeurs peu qualifiés, les classes surchargées et les enfants abandonnés à leurs sorts.
En Tanzanie, je me rappelle avoir visité des écoles où chaque professeur devait s´occuper de plus de 150 élèves par classe…
Les enfants ne pouvaient être complètement concentrés et ne retenaient que peu de choses des leçons proposées. Lors de mon séjour à l´orphelinat Hisani de la ville de Mwanza, je m´appliquais donc à aider ces mêmes enfants à comprendre les cours qu´ils étaient supposés avoir intégré.

Les enfants de l´orphelinat d´Hisani

Au Soudan, j´ai eu l´occasion de visiter une école de filles. En tant qu´école située dans la campagne d´un pays du Tiers-Monde, je n´ai été qu´a moitié surpris de voir dans quel type de bâtiments ils faisaient les classes.

Un abri qui sert d´école pour filles, dans la ville de Doka au Soudan

Voici la classe de fille, à l´intérieur du meilleur des bâtiments

Amérique du Nord
De l´Afrique à l´Amérique du Nord, il n´y a qu´un océan que nous franchissons allégrement. Pourtant, le plus grand pas m´a semblé être celui qui séparait le développement des deux continents.
Bien entendu, il existe toujours des différences entre les plus riches et les plus pauvres. La reconnaissance des niveaux d´éducation dépendent beaucoup des sommes dépensées en relation au choix des écoles.

Une école d´un quartier plutôt défavorisé de Minneapolis aux Etats-Unis, qui d´ailleurs accueillait une grande communauté de refugiés politiques somaliens

Une école à Sackville, dans le Nouveau Brunswick  au Canada. Cette école était située en zone plutôt rurale. Nous sommes donc très loin des standards soudanais.

Néanmoins, en restant dans les généralités. Les élèves avaient au moins déjà vu une carte du monde de leur vie, ce qui n´était pas forcément le cas dans beaucoup d´écoles africaines.

Autre fait. Je me souviens d´un voyageur que j´avais rencontré au début de mon voyage. Celui-ci m´avait montré une carte des Etats-Unis au lendemain des élections de Georges.W Bush, avec en rouge les Etats  qui avaient voté républicains et en bleu les Etats démocrates.

Voici de quoi a l´air cette carte aujourd´hui, au lendemain de l´élection de Barack Obama


Georges Bush n´était pas vraiment connu pour son tact au niveau de la diplomatie internationale.

Voyons-voir si les mentalités ont changé aujourd´hui, alors que Barack Obama est au pouvoir.
En regardant la carte des Etats-Unis, nous nous rendons compte que toutes les présentations de mon voyage se sont déroulées soit sur la côte Ouest, soit sur la côte Est. Rien au centre du pays. Je n´ai absolument pas choisi le lieu de mes interactions publiques, ayant proposé mon discours autant au centre que sur les côtes. 

La carte de mes présentations dans les écoles américaines

Je suis un peu déçu de ne pas avoir pu partager mon expérience dans ces endroits-la, car leur manque d´intérêt envers mon voyage ne m´encourage pas à croire qu´ils s´intéresseront plus aux cultures de populations d´Amérique latine ou du Moyen-Orient par exemple… Ce qui fût sans doute l´une des raisons qui amena Bush à la présidence.
C´est en choisissant le type d´informations qui peut accéder à nous que nous devenons moins ouvert d´esprit, moins curieux et donc moins tolérant…

Amérique latine et du sud
Retour a une partie du monde dont les pays sont majoritairement considérés comme appartenant au Tiers-Monde.
L´Amérique latine m´a permis de rencontrer des jeunes très curieux et socialement très ouverts. Comme de nombreux enfants sur ce globe, ils voulaient savoir dans quelle planète ils vivaient. Je dirais qu´ils avaient même une meilleure idée de la géographie mondiale que leurs camarades nord-américains. La carte du monde leurs était familier. Leurs réflexions m´ont également paru plus abouties.

Me voici avec une classe d´une école de Copiapo au Chili

Bien évidemment, il existe certaines disparités de revenus, de ressources, selon les villes et les campagnes, selon même différents pays d´Amérique Latine. Le Chili a donc des infrastructures scolaires plus développées qu´au Nicaragua, qu´en Bolivie, qu´en    Equateur.
J´ai pu visiter par exemple une fondation à Machachi en Equateur, qui entre autres assistait pédagogiquement les enfants de la zone rurale du coin.

A Machachi en Equateur, à la fondation Martha Estrella, j´aidais cet enfant à situer géographiquement quelques pays de notre planète.

Cette communauté indigène n´avait pas accès à un niveau d´éducation élevé. La fondation était là pour combler ce déficit.

Dans le même pays, dans la ville de Guayaquil, j´avais pu faire une présentation dans une école catholique de filles. Par la suite, certaines personnes m´ont informé que ce collège était celui qui offrait la meilleure éducation de la ville. En effet, les moyens mis à disposition étaient déjà plus importants que ceux de la zone rurale de Machachi.

L ’école Inmaculada à Guayaquil en Equateur

 

Au final, il existe de fortes différences d´éducation entre continents, pays, zones rurales, zones citadines et même par quartiers. Evidemment, l´éducation est en général beaucoup plus limitée dans les zones rurales des pays d´Afrique noire qu´elle ne le serait dans les provinces d´Amérique du Nord.
Le seul point commun qui m´a semblé revenir assez souvent est la curiosité des enfants. Je pense que leur apporter une vision alternative de ce monde peut au moins les amener à renouveler leur questionnement. J´espère que cela peut les aider à être plus ouverts et donc plus tolérants à l´égard de l´autre… Même si celui-ci se trouve de l´autre côté de la planète.
Nous vivons en effet dans le même monde et les actions d´un peuvent avoir des conséquences sur l´autre. Mon but, lors de la visite de ces centres pédagogiques, est d´au moins éveiller la conscience sur la présence de cet « autre ».

Lors de la seconde partie, nous verrons quels agissements ont choisi certains groupes de personnes pour créer un maximum d´interactions positives. Nous irons dans les Alliances françaises et dans les Rotary Clubs. 



Retour au Sommaire

Copyright 2009 - Tous droits réservés - Tour du monde en autostop - Une réalisation ACS Informatique - Creation site internet