Accueil | Préparatifs | Présentation | Tour du monde | Interview | Coin des écoles | Sponsoring |
Tour du monde en autostop - Jeremy Marie

Partenaire







 Carnet de Bord : L´Argentine et son voisin l´Uruguay

 L´Argentine est le pays le plus européen d´Amérique du Sud. Si vous débutez un voyage sur ce continent et que vous ne souhaitez pas être trop dépaysé, vous devriez envisager d´atterrir à Buenos Aires.

La population est majoritairement blanche, descendante d´Espagne, d´Italie ou du Pays de Galles entre autres. Il ne reste que très peu d´indigènes malheureusement.

Néanmoins l´Argentine est unique. Elle se démarque des autres pays d´Amérique du Sud pour diverses raisons. La culture est différente, que ce soit la façon de parler, la vision du monde ou la façon de vivre. La géographie, les paysages et le relief du pays sont absolument époustouflants. L´Argentine est sans aucun doute une terre d´aventure intéressante à découvrir et parcourir.

Depuis Buenos Aires jusqu´à Ushuaia, je vais partager avec vous un grand morceau d´Amérique du Sud. A partir de la culture culinaire, autour d´un maté à la rencontre du peuple argentin jusqu´au spectacle incroyable de la nature, suivez-moi au pays de Che Guevara et bien entendu… Toujours en autostop !

 

 Deux villes 
Bien que l´une soit plus que mégapole que ville et que l´autre se rapprocherait plus d´un village, Buenos Aires et Ushuaia expriment plutôt bien le contraste que l´Argentine est.

Buenos Aires
On l´appelle le Paris de l´Amérique du Sud.  Effectivement, j´y ai reconnu de nombreux points communs avec la capitale française.

L´obélisque de Buenos Aires… Ressemblance avec… Des suggestions ?


Tout d´abord, Buenos Aires est immense. La ville et son agglomération doivent accueillir près de 16 millions d´habitants, ce qui en fait la seconde aire urbaine d´Amérique du Sud après Sao Paulo au Brésil.
Le centre possède de larges avenues et des bâtiments qui rappellent certains boulevards haussmanniens. Il est aussi possible de trouver de nombreux cafés, accompagnés de leurs terrasses typées Montmartre comme à Recoleta.

Les artistes du Paseo Recoleta exposent

L´art et la vie bohème font partie du quotidien argentin de Buenos Aires. Vous ne pouvez passer outre. Soit vous passez devant une exposition en rentrant chez vous, soit un jongleur viendra faire sa mini-présentation le temps d´un feu rouge… Soit vous êtes touriste ou voyageur et irez faire un tour à San Telmo par exemple.

Les artistes de rue de San Telmo sortent de leur tanière chaque dimanche…

Les habitants également ressemblent aux parisiens. Le « porteño » (nom donné aux habitants de Buenos Aires) est réputé pour être teinté d´arrogance, à l´image du parisien qui a cette même réputation dans le monde.

Il est vrai que dans l´ensemble, j´ai un peu ressenti cela. Je ne suis pas non plus un adepte des grandes villes, alors sans doute que je n´étais pas aussi ouvert à la rencontre que lors de passage dans des aires urbaines moins étendues…


Ushuaia
Connu en France pour être la marque d´un célèbre produit shampouineux, Ushuaia est surtout la ville la plus australe du monde.  Située à l´extrême sud de l´Argentine et seulement à environ mille kilomètres de la péninsule de l´Antarctique, la ville n´a toutefois pas grand intérêt.  En tout cas, sa visite ne justifiait pas à elle seule le détour de 4500 kilomètres que j´ai fait pour l´atteindre.

Me voici à l´arrivée dans la ville la plus australe du monde

Ushuaia représente pour moi la distance entre les espaces habités en Argentine. En effet, une grande partie du pays est vierge de zone urbaine pendant de longues centaines de kilomètres. Toute la Patagonie et la Terre de Feu en sont le parfait exemple. Vous pouvez rouler 500 kilomètres avant de voir un village de 200 habitants.  Néanmoins, nous y reviendrons plus tard.

Voici un petit panorama de la ville de Ushuaia


 
L´autostop en Argentine
Comme au Chili, faire de l´autostop en Argentine se dit « hacer dedo ». Après traduction, cela donne en français « faire du doigt ».
L´argentin est de nature aventurier et voyageur. Il n´est pas étonnant de croiser des camarades autostoppeurs autochtones sur les routes d´Argentine. De ce fait, la culture de l´autostop est connue ici. Le geste du pouce brandi vers le conducteur est donc significatif.

Me voici faisant de l´autostop dans la plate et extrêmement venteuse Patagonie

Je diviserais l´autostop en deux parties pour l´Argentine. Tout d´abord, toute la partie sud, de Bariloche jusqu´à Ushuaia. Ensuite, la Province de Buenos Aires.


La Patagonie et la Terre de feu
Toute la partie de la Patagonie et de la Terre de feu est assez intéressante. En effet, les distances sont extrêmement longues entre les villes et villages. Il n´y a pas énormément de trafic évidemment. La meilleure solution en réalité est d´attendre les camions dans les stations-essences. De toute façon, il n´y a en général par grand choix où aller.  Puis, il est plus facile de trouver un lift en parlant directement au camionneur. L´avantage est que ces derniers font des distances complètement ahurissantes. Certains partent deux ou trois semaines, juste pour livrer certains biens.

Pendant mes longues attentes dans les stations-essences, je sympathisais avec le personnel

J´ai ainsi battu mon record de distance avec un seul véhicule. Un camion m´a en effet porté lui seul sur 1450 kilomètres, de Tres Rios (qui est en réalité seulement une station-service perdue au milieu de la Patagonie) jusqu´à Bahia Blanca.
Le paysage de Patagonie est incroyablement ennuyeux. Imaginez-vous le même relief, la même couleur et une route simplement droite pendant 2000 kilomètres. Je n´ai jamais vu aussi peu de diversité paysagère durant mon voyage, ce qui rend la Patagonie tout de même incroyable.

Une seule photo suffit pour illustrer la route principale qui traverse la Patagonie


La Province de Buenos Aires

L´autostop devient plus difficile lorsque l´on se rapproche de la capitale. Comme dans chaque grande ville, il y a plus de criminalité donc moins de confiance. Il me fût donc plus difficile d´accoster les conducteurs, même dans les stations-services.
Les véhicules me passaient à côté sans même que le conducteur et les passagers ne jettent un œil sur moi.  De ce fait, les temps d´attente étaient parfois même plus long qu´en Patagonie, alors que le trafic était bien plus intense.

Un peuple contestataire
Après être passé en Argentine, je m´étonne moins de savoir que Che Guevara était totalement argentin. L´argentin aime dire quand cela ne va pas, il n´hésite en général pas à aller dans la rue et exprimer son mécontentement. D´un certain côté, cela me fait penser au côté gréviste et manifestant du peuple français.

Plusieurs fois,  j´ai été témoin en Argentine de message passés au gouvernement de différentes façons.
A Bariloche par exemple. Sur la place principale était érigée la statue d´un ancien général du nom de Julio A.Roca. Celui-ci était glorifié par son statut d´explorateur et ses invasions de terres indigènes lors de ce qu´on appela « La campagne du désert ». Ses actions ont d´ailleurs mené à la quasi extermination de certains groupes ethniques indigènes, dont majoritairement l´ethnie Mapuche. Sa statue a été complètement repeinte de graffitis l´accusant d´actes génocides.

La statue du général Julio A.Roca repeinte de graffitis à Bariloche

Un peu plus loin à Bahia Blanca. Je me promenais dans la rue avec mon hôte lorsque près de la place centrale, il y avait un groupe d´argentins qui défilaient avec tambours, sifflets et mégaphones. Ils manifestaient pour certains droits sociaux.

A La Plata, ville étudiante en périphérie de Buenos Aires, un concert était tout simplement organisé sur une des places centrales de la ville pour manifester leur mécontentement à propos des droits de travailleurs non respectés dans certaines entreprises.

Enfin, la contestation va jusqu´en Terre de Feu, où la prise des Malouines (ou Falkland en anglais) n´a toujours pas été digérée par le peuple argentin. Partout il est possible de voir des preuves de la volonté de récupération de cette île au large du sud argentin.
A Rio Grande en Terre de feu, un monument a été érigé en souvenir de cette terre (« les Malouines sont argentines »)

 

La culture est dans l´assiette
Il est évident que certains traits de la culture argentine se retrouvent dans la consommation d´aliments ou de boissons.
La boisson nationale n est pas le vin rouge, bien que celui-ci s´exporte plus. Le maté est en effet beaucoup plus consommé en Argentine.


Le maté

Le maté est une sorte de thé. L´argentin dépose ainsi des feuilles séchées dans un récipient souvent en bois. Il sert ensuite de l´eau chaude, qui doit être retirée du feu juste avant l´ébullition. Ensuite, il boit le mélange en aspirant avec une sorte de paille en fer.  Vous pouvez le consommer amer, ou avec du sucre.

Le nécessaire pour préparer un bon maté

L´argentin consomme le maté toute la journée. Il n´est pas rare d´en voir se balader avec un thermos rempli d´eau chaude. Je pense que j´ai consommé le maté tous les jours en Argentine, pendant les cinq semaines que j´ai passé dans le pays. En effet, le maté est une tradition sociale et il est impératif de le partager avec les personnes présentes. J´ai beaucoup aimé le concept du partage du maté car il crée naturellement une interaction sociale.

Me voici consommant le maté dans la Cordillère andine près de Bariloche

L´argentin emmène partout son maté.  Mes conducteurs de camion faisaient souvent le nécessaire pour pouvoir conduire tout en préparant leur boisson chaude si fétiche… Au risque de dévier un peu du chemin.

Un conducteur de camion préparant son maté au volant


L´asado

L´Argentine doit être le pays au monde le moins adapté pour les végétariens ! En effet, l´asado est la culture du barbecue par excellence. L´argentin mange énormément de viande et lorsqu´il en prépare, il y en a souvent assez pour deux ou trois jours.

La viande asado, cuite au feu de bois

Encore une fois, l´idée semble de se réunir autour de la table pour socialiser. De même,  le vin rouge accompagne très souvent les repas pour carnivores. Le vin argentin, à l´image du vin chilien, est reconnu pour sa qualité.


L´influence italienne

J´ai réalisé qu´il y avait une très grosse influence italienne dans la cuisine argentine. Très souvent, il m´a été possible de retrouver ici des pizzas, des pâtes, des gnocchis. Ces plats sont réalisés à l´occasion de repas normaux durant les jours de travail. Ils font donc partie intégrante de la culture.

Mon hôte Matias à El Calafate sert les pizzas préparées maisons

En Italie, je me rappelle des excellentes gelaterias que j´avais dégusté. Ces délicieuses crèmes glacées étaient vendues à tous les coins de rue. Ici en Argentine, il est possible de les retrouver un peu partout également. Les glaces sont disponibles dans des magasins nommés « heladerias ». Les saveurs proposées sont toutes plus attirantes les unes que les autres.

La heladeria ou le paradis de la crème glacée, servie ici à Buenos Aires

Aux Etats-Unis, il existe le beurre de cacahouète, en Australie on déguste le Vegemite, en Europe nous nous délectons de Nutella, en Argentine, j´ai eu le droit au « Dulce de Leche ». C´est une sorte de crème de lait sucrée que l´on utilise pour faire des tartines. Personnellement, j´ai trouvé cela très bon.

Le Dulce de Leche

 

Une beauté argentine
La grandeur du pays n´a d´égal que sa beauté. Voyager en Argentine, c´est observer des paysages absolument incroyables, c´est découvrir une faune et une flore surprenante également.

Rappelez-vous qu´en Alaska, il est possible d´observer la lumière du soleil jusqu´à des heures très tardive. En effet, comme nous nous situons près du Pole Nord, durant l´été, le soleil touche cette partie du monde presque de façon continue.  En Terre de Feu, la situation est très similaire. En effet, nous nous trouvons près du Pole Sud. J´ai voyagé dans cette zone au début de l´été.

La lumière du soleil en Terre de Feu est exceptionnelle en été. Ici, un coucher de soleil vers 23h30

Un peu plus haut en Patagonie, il existe un des glaciers le plus connu dans le monde : Le Perito Moreno. C´est un site qu´il me tardait de visiter, car il faisait partie des endroits que je voulais visiter lorsque j´ai débuté mon voyage.
Le glacier est absolument immense. Néanmoins, avec le réchauffement climatique, il fond. Cela donne droit à d´impressionnant bruits de craquement de la glace, comme des coups de tonnerre.

Le Perito Moreno

Au détour des chemins, il est possible d´être surpris par le spectacle de la nature qui se manifeste de différentes façons. Près de Bariloche, je m´étais joins à une petite randonnée vers le « Cerro Catedral ». A son sommet, il y a avait un lac que j´ai trouvé particulièrement beau.

Le lac au sommet du Cerro Catedral

La faune est également intéressante. Bien que je n´aime pas ces bestioles la, il m´a été permis de rencontrer une colonie de tarentules, sans doute de la famille des Paraphysa pour son nom scientifique. Je venais de traverser la frontière du Chili vers l´Argentine et pendant une demi-heure de marche, j´en ai croisé 6 qui traversaient la route devant moi… De quoi me faire méditer à l´idée de passer la nuit dehors…

Une des tarentules traversant la route devant moi

Autant le nord et la pampa sont connus pour les élevages bovins, autant le sud ne comprend uniquement que des ovins. Le mouton est omniprésent dans les pâturages de Patagonie. Il est très fréquent de les voir au bord de la route, voire au milieu.

Les nombreux élevages ovins de Patagonie

 

Deux derniers aspects de la culture argentine
Pour terminer sur l´Argentine, je ne pouvais pas oublier deux traits importants de la culture argentine : le football et le « che ».

Le che
Si Che Guevara portait ce surnom, c´était à cause de sa façon de parler en espagnol. Les chiliens ont leur accent et leurs propres mots. Les argentins également. Ainsi, l´argentin remplace la prononciation du « ll » (prononce « ya » en espagnol d´Espagne) par un « ch ». De même, ils peuvent vous adresser la parole ne vous invectivant d´un « che ».
Le « che » est donc une chose typiquement argentine.

Le football
L´argentin vit autour du football. Le pays a déjà remporté deux coupes du monde et de nombreux joueurs de classe internationale sont argentins.  Citons entre autres Diego Armando Maradona ou actuellement le dernier ballon d´or Lionel Messi.

Dans le quartier de la Boca figure l´effigie de Diego Maradona

Le football est très suivi, notamment le derby qui oppose chaque année les deux clubs de Buenos Aires que sont River Plate et Boca Junior.


 
Petit tour en Uruguay
Avant de rentrer au Brésil, je suis tout de même passé par ce petite Etat situé entre ces deux géants d´Amérique du Sud. L´Uruguay est vraiment très similaire à l´Argentine, notamment la Province de Buenos Aires.

L´uruguayen est très fier de son pays. Il y a d´ailleurs un petit débat amical sur l´origine du maté. Je ne peux seulement dire qu´il m´a semblé que les uruguayens le consommaient encore plus que les argentins.

Un stand vendant des matés dans un marché de la capitale Montevideo

La ville de Montevideo ressemble à un petit Buenos Aires… Mais en beaucoup plus petit.  Certains édifices méritent tout de même le coup d´œil, comme  le Palacio Salvo, haut de 95 mètres.

Le Palacio Salvo à Montevideo

L´autostop m´a par contre semblé beaucoup plus difficile en Uruguay qu´en Argentine. J´ai éprouvé beaucoup de difficulté  à traverser ce pays. Peut-être que la saison des vacances d´été qui débutaient ne m´a pas aidé.

Me voici en autostop en Uruguay

Néanmoins, je continue ma route vers le Nord. Un autre grand pays m´attend désormais : le Brésil. Je vais sans doute y passer près de trois mois puis me diriger vers le Venezuela, qui sera mon ultime pays à visiter en Amérique.

A très bientôt,

Jérémy



Retour au Sommaire

Copyright 2009 - Tous droits réservés - Tour du monde en autostop - Une réalisation ACS Informatique - Creation site internet