Accueil | Préparatifs | Présentation | Tour du monde | Interview | Coin des écoles | Sponsoring |
Tour du monde en autostop - Jeremy Marie

Partenaire







 Carnet de Bord : L'hospitalière Nouvelle-Zélande

 Géographiquement, la Nouvelle-Zélande est aux antipodes de la France. Il est très difficile pour moi de m'éloigner plus de la maison, mis à part d'aller dans l'espace mais là, c'est une autre affaire.

Après quatre mois de traversée du Pacifique en voilier, je suis donc arrivé sur cet ensemble d'îles, au pays du kiwi et du rugby.

L'accueil des locaux, les paysages montagneux, les récents tremblements de terre de Christchurch ou encore la sûreté du pays, vous saurez tout mes impressions de voyage en Nouvelle-Zélande.

Terre d'accueil
Avec un peu plus de 4 millions d'habitants, nous ne pouvons pas dire que la Nouvelle-Zélande est un pays très densément peuplé. Plus d'un quart de la population est même regroupé dans une seule ville, Auckland, qui n'est même pas la capitale du pays.

C'est sans doute une des raisons pour laquelle la Nouvelle-Zélande est une terre d'immigration mais aussi et surtout une terre d' « accueil ».

Maoris
Vous connaissez peut-être les Maoris, à travers le Haka retranscrit au rugby. Les Maoris sont des Polynésiens, donc un peuple du Pacifique.

Nous pouvons les retrouver principalement dans le Nord de l'île du Nord, en majorité autour de la ville d'Auckland.

Bien qu'il existe sans doute des non-dits, j'ai tout de même eu l'impression que la cohabitation entre les différentes ethnies vivants en Nouvelle-Zélande se passait plutôt bien.

J'ai trouvé que le Maori, à l'image des peuples du Pacifique, est une personne souriante, sociale et facile à approcher.

En autostop avec un local maori

Gentillesse
J'ai trouvé que l'habitant de Nouvelle-Zélande avait souvent tendance à faire beaucoup pour aider les personnes en nécessité. Bien qu'il est évident qu'aucun pays au monde n'a 100% de personnes aimables et bien intentionnées, je pense tout de même que la Nouvelle-Zélande doit avoir un pourcentage qui s'en rapproche.

Combien de situations m'ont permis d'expérimenter ce fait ? Je suis resté 3 mois en Nouvelle-Zélande et j'ai souvent été témoin de l'extrême gentillesse des « kiwis ».

Près de la ville de Timaru, j'ai été pris un stop par une mère et sa fille. Elles m'ont, après une trentaine de minutes de discussion, confié le volant et m'ont ensuite invité chez elles pour déjeuner, avant de faire un détour d'environ 80 kilomètres pour me déposer devant l a maison de mes hôtes du soir.

Morgan et Désirée, près de Timaru, réalisèrent un acte de gentillesse typiquement néo-zélandaise

Quelques jours plus tard, dans la ville étudiante de Dunedin, je cherchais la maison de mon hôte du soir. Un peu trop inattentif, j'avais noté la mauvaise adresse... Je frappais donc à la mauvaise porte. Une dame seule d'environ 80 ans m'ouvra . Elle n'eût ni l'air choquée, ni apeurée, ni même douteuse. Elle eût plutôt l'air positivement surprise et curieuse de ma présence. Pour une raison ou un autre, elle me faisait penser à Wendy, dans Peter Pan. Son allure, sa bienveillance, son visage peut-être. Elle m'invita donc à l'intérieur.

Après avoir discuté un moment, elle fît des recherches et retrouva mon hôte. Elle me raccompagna sous le porche et au moment de partir, elle me lança tout de même avec un sourire espiègle un improbable :  « I used to live in London … ..and I had a dirty week-end in Paris ! »

Bon, peut-être que ce n'était pas Wendy après tout !

Sécurité
Bien qu'en ayant conclu le paragraphe précédent sur une note un peu douteuse, je voudrais tout de même insister encore une fois sur la gentillesse des locaux en Nouvelle-Zélande. Cette charmante vieille dame avait tout de même sorti cette phrase sur un ton amusant.

La Nouvelle-Zélande est sans doute le pays le plus sûr qu'il me fût donné de visiter. Jamais je ne me suis senti en danger. J'ai également vu des comportements qui sortaient du commun, des choses simples mais aujourd'hui impensables dans la plupart des pays du monde comme :
-laisser ses bottes sales à l'entrée des supermarchés, pour ne pas salir.
-laisser la porte de sa maison, de sa voiture ouvertes (chose déjà vue au Canada en passant).
-faire du stop à la nuit tombée et ne jamais attendre plus de 10 minutes.
-faire du stop et voir des femmes seules avec leur bébé s'arrêter (près d'Invercargill, dans le sud du pays, j'ai eu 3 fois de suite cette situation).

Backpacker
La Nouvelle-Zélande est une terre d'immigration temporaire. Il existe en effet des types de Visas destinés à de jeunes travailleurs pour une durée d'un ou deux ans. Le Visa le plus connu est le « Working Holiday Visa ».

Très populaire en Nouvelle-Zélande et en Australie, ce visa incite à venir découvrir le pays tout en étant disponible pour effectuer des « petits boulots ».

Etre serveur dans un restaurant, faire la cueillette des fruits ou encore tondre les moutons, ces activités sont souvent proposées aux voyageurs de passage.

La cueillette des fruits est une activité très populaire chez les titulaires d'un « WHV »

Prendre soin des nombreux moutons (plus de 30 millions dans le pays) en est une autre

De manière générale, la Nouvelle-Zélande est un pays très populaire pour les « Backpackers ». En français, la traduction voudrait dire les « Porteurs de sacs à dos ». Le Backpacker est un peu le surnom donné aux voyageurs en quête d'expériences nouvelles. Nous le retrouvons souvent dans les auberges de jeunesse du même nom, ou à bord d'un camping-car sillonnant les routes du pays.

L'un des nombreux Hôtel-Backpacker en Nouvelle-Zélande

Étrangement, en trois mois de voyage en Nouvelle-Zélande, je n'ai jamais vu un seul camping-car me prendre en stop. L'avantage, par contre, est que constamment ce furent les locaux qui s'arrêtaient. Je dois dire que j'ai souvent été bluffé par la connaissance du monde des néo-zélandais. Bien que ce pays se situe très loin de tout, j'ai trouvé que nombre de mes conducteurs d'un jour avaient déjà goûté aux joies du voyage à l'étranger.

Puis, il y a les autres voyageurs.

J'ai rencontré certaines personnes qui se rendent en Nouvelle-Zélande pour d'autres raisons. Il y a les fans du Seigneur des Anneaux, ou les passionnés de la pêche à la mouche. Saviez-vous que l'une des meilleures rivières au monde pour ce sport se situe en Nouvelle-Zélande ?

Aristide, un français passionné de pêche à la mouche

Puis, il y a les rencontres fortuites d'autres tourdumondistes. Peut-être connaissez vous Julien et Adrien, les deux autostoppeurs avec leur mascotte « Guizmo». Lorsque nous nous sommes rencontrés, ils venaient d'achever la traversée de l'Asie en autostop. Ils ont pu me donner de nombreux conseils.


L'autostop en Nouvelle-Zélande
A l'image de l'hospitalité et de la gentillesse des locaux, l'autostop fût un plaisir total. Très rarement je me permets de faire du stop interurbain ou de nuit mais l'activité était tellement aisée que je sentais pouvoir tout me permettre à ce niveau.

A Dunedin, je fis du stop interurbain pour escalader la rue la plus pentue du monde

A la sortie d'Auckland, je fus fort étonné de voir que par deux fois, alors que je marchais au bord de la route, des conducteurs m'offraient de m'avancer plus loin sans que je n'ai manifesté mon désir de faire du stop à aucun moment.

En général, le temps d'attente était approximativement de dix minutes.

En autostop vers le Milford Sound

J'ai d'ailleurs battu mon record d'attente le moins long de ce tour du monde en Nouvelle-Zélande.

J'étais à la sortie d'Hamilton lorsque mon hôte de la veille me déposa. Au moment où j'extirpais mon pied de son véhicule, je vis une sorte minibus arriver. Instinctivement, je levais le pouce. C'est alors qu'à peine sorti de l'habitacle, je trouvais mon prochain véhicule : « The All Black Bus » .

Je ne sais même pas si à ce niveau, je peux compter en seconde...

L'histoire ne s'arrête pas là. Le « All Black Bus » est un ancien bus scolaire de 1956 redécoré pour l'occasion de la coupe du monde de rugby. Le soir avait lieu le premier des deux Nouvelle-Zélande/France. A une station service, nous ramassons deux autres autostoppeurs français, puis une journaliste d'un journal local vient nous interviewer. La suite, vous pouvez la lire dans l'édition parue quelques jours après !

En stop avec le All Black Bus / L'édition du journal local le « Franklin County News »

Ferry-stop
La Nouvelle-Zélande est composée de deux îles principales : l'île du Nord et l'île du Sud. Pour rejoindre l'une à l'autre, il existe deux compagnies de ferry qui effectuent le trajet de Wellington à Picton plusieurs fois par jour.

Après m'être tout d'abord renseigné dans les Yacht Clubs sur de possibles départs de voiliers, j'ai décidé d'envoyer un petit Email aux deux compagnies, espérant peut-être pouvoir faire du Ferry-stop.

Deux jours plus tard, j'étais sur l'un des navires de la compagnie Interislander, qui m'a offert l'aller-retour entre les deux îles.

En Ferry-stop vers l'île du Sud

Quelle ne fût pas ma surprise de voir qu'en plus, la compagnie m'avait offert un passage en « Business Class », avec petit-déjeuner et accès internet offert !

Le ticket magique pour naviguer entre les deux îles comme un Prince

Vraiment, il n'y a qu'en Nouvelle-Zélande que l'on peut voir cela. Merci à la compagnie Interislander!

 

Terre de Rugby
Comment est-il possible d'écrire un article sur la Nouvelle-Zélande sans évoquer le rugby ? De plus, un récent événement attira l'attention du monde entier sur ce sport et plus particulièrement sur la Nouvelle-Zélande, je veux bien entendu parler de la dernière Coupe du Monde de Rugby.

Un ballon de rugby géante dans la « Fan Zone » à Auckland

Le rugby est sans conteste le sport numéro 1 en Nouvelle-Zélande. Dépassant de loin le football (d'ailleurs appelé « soccer » là-bas), le rugby fait partie intégrante de la vie locale.

Lors du mois et demi de coupe du monde, le pays s'est passionné pour chacun des matchs de cette compétition. Même un « Géorgie/Roumanie » pouvait remplir un stade.

Je me suis pris au jeu et cela m'a permis de rencontrer des supporters du monde entier. La coupe du monde est un bon moyen de promouvoir les différences entre les cultures...

… Comme en faisant la fête avec les irlandais par exemple

… Ou de découvrir l'importance du mouton pour les néo-zélandais

Je fus d'ailleurs étonné de voir la disponibilité des joueurs, qui n'hésitaient pas à aller faire leur promenade en plein centre-ville. Quelle différence avec les joueurs contemporains de football !

Un après-midi dans le centre d'Auckland, je tombais nez à nez avec des joueurs du XV de France

Finalement, l'équipe des « All Blacks » de Nouvelle-Zélande remporta la compétition, ce qui souleva le pays entier. Cela m'a un peu rappelé la victoire de l'équipe de France de football en 1998. Tout le monde était dans la rue pour fêter son équipe.

Les All Blacks effectuant leur Haka avant un match de préparation contre l'Australie

Le Netball
Le rugby est le sport numéro 1 pour les hommes, mais cela n'est pas le cas chez les femmes. En effet, un après-midi à Hamilton, je découvrais un sport dont je n'avais jamais entendu parler : le netball.

Ce jour-là avait lieu la compétition hebdomadaire de la ville. Cela regroupait tout de même facilement une centaine d'équipes.

Un jour de compétition de netball à Hamilton

Le netball est une sorte de basket-ball où il est interdit de marcher en possession du ballon. De ce fait, la circulation du ballon ne peut se faire qu'à l'aide de passes.


La nature

Paysages
La Nouvelle-Zélande est vraiment un joli pays. De plus, les deux îles offrent une nature très diversifiée. Les paysages sont parfois époustouflants et sont sans doute une des raisons pour laquelle la Nouvelle-Zélande est un pays aussi attrayant touristiquement.

J'ai beaucoup aimé les nombreuses associations Lac/Montagne en Nouvelle-Zélande. A la sortie d'un virage, il arrivait souvent que je me retrouve nez à nez avec un paysage extraordinaire.

Les associations de lacs et de montagnes en Nouvelle-Zélande (lac Taupo, lac Hawea et Mont Cook)

Les teintes du paysage changent dramatiquement lorsque l'altitude augmente. Ici par exemple avec les montagnes près de la ville de Queenstown dans l'île du Sud, puis la Route du Désert (avec le fameux Mont Doom du Seigneur des Anneaux) dans l'île du Nord

Enfin, les paysages qui m'ont le plus marqué furent ceux du Milford Sound, ainsi que la route y menant. Cela m'a un peu fait penser à la Route des Incas au Pérou, en version cimes enneigées.

Tremblements de terre
La nature est magnifique en Nouvelle-Zélande mais elle peut également être terrible. Vous avez sans doute entendu parler des trois tremblements de terre majeurs qui ont eu lieu à Christchurch.

J'ai pu me rendre compte des dommages causés par ceux-ci et je dois dire que la ville ressemblait à une zone qui aurait subit des bombardements.

Beaucoup de maisons ont été abandonné, sans que les propriétaires n'aient eu le temps de récupérer leurs biens... Même de nombreux moi après les secousses...

J'ai pu faire l'expérience de deux répliques, qui sont des petites secousses qui ont souvent lieu après les tremblements de terre majeurs. L'un des deux m'a d'ailleurs réveillé au milieu de la nuit.

Christchurch aura besoin de beaucoup de temps pour se reconstruire, sans parler du traumatisme causé à ses habitants...

La ville est dans un état désastreux


 

Les Villes
Je dirais que les villes néo-zélandaises ont un attrait limité. Enfin, elles ne sont pas une raison à elles toutes seules pour traverser la moitié de la planète. Toutefois, il y a quand même quelques bâtiments qui valent le coup d'oeil si vous êtes déjà sur place.

Les maisons art déco de Napier

L'Université de Dunedin

Ou encore un panorama de nuit du centre-ville d'Auckland

Quelques extraits de Nouvelle-Zélande
Au cours de ces trois mois passés en Nouvelle-Zélande, j'ai pu noter quelques petits détails très typiques de ce pays.

Le kiwi
Evidemment, je ne peux pas oublier de mentionner le kiwi. Ce dernier est un petit oiseau qui ne peut pas voler.

Malheureusement, je n'ai vu aucun kiwi durant mon tour de Nouvelle-Zélande, principalement car cette espèce est désormais en danger. Les survivants sont protégés et je doute qu'il en reste encore dans la nature.

Voici le seul kiwi que j'ai pu voir dans la nature en Nouvelle-Zélande...

Le kiwi est également un fruit, d'ailleurs originaire de Chine. Néanmoins, celui-ci est cultivé en masse en Nouvelle-Zélande. De ce fait, son prix est vraiment très abordable (environ 1,5 euros le kilo). En passant, la Nouvelle-Zélande étant situé loin de tout, il est évident que les prix des biens importés sont très élevés.

Enfin, le kiwi est également un surnom affectueux donné aux habitants de Nouvelle-Zélande.

Le contrôle de l'eau
Les toilettes en Nouvelle-Zélande sont presque toutes équipées de double chasses d'eau. En effet, pourquoi utiliser tout le réservoir si le besoin ne nécessite que la moitié ?

J'imagine que l'économie d'eau au final doit être faramineuse. Un bon point pour les kiwis !

La double chasse d'eau

Tong et short
J'ai remarqué que le jeune néo-zélandais aimait beaucoup se promener en short et en tongs. Il n'est pas rare de croiser un local vêtu de cette façon même dans le plus froid de l'hiver. Le rugby influencerait-il sur la mode ?

La Salvation Army
Il est possible de trouver ce type d'échoppe dans presque toutes les villes de Nouvelle-Zélande. Vous pouvez y acheter des vêtements et objets d'occasion pour presque trois fois rien. Les bénéfices iront aux gens dans le besoin. J'ai trouvé cette démarche bien pratique et bien pensée, à l'image du bon sens commun aux néo-zélandais.

La Salvation Army m'a permis de renouveler ma paire de chaussures...

A trois jours de la fin de mon visa, j'ai finalement trouvé un moyen de quitter la Nouvelle-Zélande en stop, en cargo-stop plus exactement.

J'ai tout simplement adoré la Nouvelle-Zélande. Je pense que c'est un pays où il fait tout simplement bon vivre. Dynamique, sûr, social, ouvert, la Nouvelle-Zélande est un exemple vivant de ce que le monde a de meilleur à proposer. Cela m'a fait pensé par moment au provinces du New Brunswick et de Nova Scotia au Canada.

Si vous souhaitez voyager ou vivre pendant un temps à l'étranger, je vous conseille donc la Nouvelle-Zélande et ce, même s'ils nous ont battu en rugby ! C'est dire si j'ai apprécié !

A très bientôt,

Jérémy



Retour au Sommaire

Copyright 2009 - Tous droits réservés - Tour du monde en autostop - Une réalisation ACS Informatique - Creation site internet