Accueil | Préparatifs | Présentation | Tour du monde | Interview | Coin des écoles | Sponsoring |
Tour du monde en autostop - Jeremy Marie

Partenaire







 Carnet de Bord : La Mer du Timor en Avion-Stop

Arrivé à la fin de mon périple en Australie, j'ai pour défi de rejoindre l'Indonésie, voire le Timor Leste en stop. En face de moi se dresse le dernier continent qu'il me reste à parcourir pour ce tour du monde en stop : l'Asie.

L'obstacle se nomme la Mer du Timor. C'est logiquement la dernière étendue d'eau qu'il me reste à traverser (mis à part les trajets entre les îles d'Indonésie).

La mer du Timor, séparant l'Australie de l'Asie

Je sais que Darwin est une ville où il y a de nombreux départs de voiliers dans cette direction. Ce que je ne sais pas est que je suis arrivé trop tôt dans la saison. Arrivé mi-Mars, je me rends compte très rapidement que très peu d'embarcation entreprennent la traversée avant mi-Mai. J'ai donc deux mois d'avance, ce qui n'est pas vraiment une bonne nouvelle.

Néanmoins, je cherche quand même la perle rare dans les marinas. Cullen Bay, Dinah Beach, Duck Pond, le Waterfront, Bayview, le Sailing Club, le Fisherman's Wharf, je vais dans tous les endroits possibles où je peux rencontre des capitaines de bateaux.

Cullen Bay Marina à Darwin

Après presque deux semaines de recherche, je n'ai que très peu de pistes. Seuls quelques bateaux partant pour la course Darwin-Ambon au mois de Juillet seraient intéressés de me prendre.

Alors, je lance mes investigations sur internet. Quelques bateaux de croisières s'arrêtent à Darwin en direction de l'Asie, mais après quelques emails envoyés aux compagnies, j'ai déjà épuisé toutes les possibilités. Peu de réponses et toutes sont négatives.

Puis, dans l'optique de « tout essayer » et de « pourquoi pas, cela peut fonctionner », j'envoie quelques requêtes aux compagnies d'avions qui déservent l'Asie depuis Darwin.

Jet Star, Quantas, Vincent Aviation, Hardys, Airnorth et j'en passe. Certains répondent, d'autres non, mais toujours, je n'avance pas.

Puis, je me dis, pourquoi pas tenter la plus grosse compagnie de Low Cost asiatique : Air Asia. Et puis, pourquoi pas non plus envoyer directement un email au PDG Tony Fernandes.

Air Asia a fait voyager autour de 30 millions de passagers en 2011 (http://www.btimes.com.my/articles/airazea/Article/).

Le responsable de cette compagnie doit sûrement avoir le temps de lire mon email et de m'offrir un voyage en avion-stop, non ?

Et bien oui ! Deux heures après ma requête, je reçois une réponde personnelle de ce Tony Fernandes, qui m'informe qu'il délègue la demande à Monsieur Dharmadi,le PDG de Air Asia Indonesia. A partir de ce moment, tout va très vite. Dharmadi délègue la demande à son assistante Audrey Petriny, qui elle m'informe que ma demande a été accepté.

Je reçois le lendemain un ticket gratuit pour Denpasar à Bali en Indonésie.

Le précieux sésame : un ticket d'avion-stop pour Bali

Et le prix à payer...

Le lendemain, je suis au rendez-vous à l'aéroport de Darwin. Mon vol est programmé à 15h20 et c'est l'une des rares fois où je connais l'horaire de départ de mon prochain véhicule.

Le stop est en général une science inexacte, sauf peut-être dans ce cas

Quelques minutes avant le départ, je prends la traditionnelle photo de l'auto-stoppeur, transformé cette fois en avion-stoppeur

Et voilà, direction l'Indonésie. Voilà une manière originale de débuter ce dernier continent. Les vues du ciel sont fantastiques, spécialement lorsque nous arrivons près de l'île d Bali, où je peux reconnaître l'origine volcanique de sa création.

L'île de Bali et son volcan

Dès la descente de l'avion, je me dirige vers le hall de l'aéroport où des senteurs d'encens me parviennent au nez. A moins que cela ne soit les cigarettes parfumées au clou de girofle ? Puis, je me retrouve dans la rue, où des centaines de scooters me passent devant le nez. L'activité humaine est incroyable, surtout après la faible densité de population australienne. Je marche, découvre des étals de marchands qui proposent des choses qui ne m'évoquent rien de connu, d'autres senteurs, des temples, la musicalité d'un langage qui m'est tout à fait étranger... Enfin, tout cela est une autre histoire... Je suis arrivé à Bali et c'est bien cela l'important.

Arrivé à Bali...

Merci au groupe Air Asia de m'avoir permis de continuer l'aventure en « avion-stop ».

A très bientôt,

Jérémy



Retour au Sommaire

Copyright 2009 - Tous droits réservés - Tour du monde en autostop - Une réalisation ACS Informatique - Creation site internet