Accueil | Préparatifs | Présentation | Tour du monde | Interview | Coin des écoles | Sponsoring |
Tour du monde en autostop - Jeremy Marie

Partenaire







 Carnet de Bord : Réflexions d'un barbare en Chine

Tous les regards sont aujourd'hui braqués vers la Chine. Annoncée comme la future première puissance mondiale, sa croissance économique et son développement sont enviés par nombre de dirigeants politiques. J'ai donc visité la Chine durant l'avènement de son « Grand Moment ».

Encore une fois, j'ai été surpris par ce que j'ai vu. Son développement est visuel, moi qui pensait qu'une croissance économique n'était souvent que quelques chiffres sur un bout de papier. A quoi cela ressemble t-il ? Comment est-il possible que la Chine se développe t-elle à cette vitesse ? Y a t-il aussi des conséquences à cela ?

La Chine est le pays le plus peuplé du monde. La main d'oeuvre est bon marché et quasi illimitée. Le « made in china » est une marque de fabrique que l'on retrouve à chaque coin du globe. Comment le gouvernement arrive t-il a gérer une aussi grande population ? Comment les différentes minorités cohabitent-elles ?

J'ai été amené à me questionner sur ces sujets lors de ma visite de ce grand pays. La Chine d'aujourd'hui est sans aucun doute très différente de la Chine d'hier, et certainement aussi de celle de demain. Alors, faisons-y un tour maintenant, avant que tout change encore une fois.

 

Un développement économique visuel

Une démonstration
Partout, absolument partout. Partout des tours qui s'élèvent, des bâtiments en construction. Du béton, partout. C'est la vision la plus récurrente que j'ai eu en Chine. Comme si un pays se reconstruisait après une destruction totale liée à une guerre ou un tremblement de terre. Sauf que dans ce cas, il n'y a pas eu de catastrophe, on construit seulement pour agrandir, plus gros, plus grand.

Partout des tours qui s'élèvent, comme ici à Jinghong

J'ai été surpris par le niveau des infrastructures de transport en Chine. Le réseau routier est absolument incroyable. Je ne serais pas étonné qu'il soit aujourd'hui supérieur à celui des Etats-Unis, qui restait pour moi la référence en la matière. Ponts, viaducs, tunnels, autoroutes... La Chine maîtrise son territoire en facilitant les liaisons entre les villes.

Une autoroute deux fois quatre voies à la sortie de Nanjing

Un immense pont suspendu dans la province du Guizhou (la construction est assez similaire à celle du Golden Gate de San Francisco)

Un autre point commun avec les Etats-Unis est la taille des constructions. La Chine d'aujourd'hui pourrait adopter la devise texane « The biggest, the greatest » (le plus gros, le meilleur). Les tours sont très hautes, les routes sont grandes et larges, les villes sont absolument énormes. Comme si la Chine voulait s'assurer de sa future place de numéro un en« monumentalisant » chacune de ses infrastructures.

Le centre financier de Pudong à Shanghai

Le développement économique en Chine entraîne l'émergence d'une classe moyenne aisée. Bien que celle-ci ne représente pas la majorité de la population chinoise, elle est toutefois visible. Sur les autoroutes, je suis régulièrement monté dans des véhicules utilitaires sports ou des berlines derniers modèles.

En stop avec un SUV BMV vers Guilin

Il existe même des concessionnaires de voitures de luxe, notamment dans les grandes villes de l'est du pays. J'ai eu l'occasion, une fois, d'obtenir un lift de la part d'un conducteur de Porsche Cayenne.

Un concessionnaire Lamborghini à Nanjing

Sinon, vous pouvez vous déplacer en train. La Chine possède maintenant des trains à très grande vitesse entre plusieurs grandes villes.

Un train à grande vitesse entre Pékin et Tianjin

Oui, la Chine se développe à une vitesse effarante. Les infrastructures à tous niveaux fleurissent partout dans le pays. Comme si la Chine voulait rattraper le temps perdu et dépasser tous ses concurrents par la même occasion. J'ai vécu cette dynamique comme une source de fierté pour le peuple chinois. Etre le meilleur dans tout, avoir le plus grand ceci, le plus gros cela. Cela m'a rappelé cette volonté constante de démonstration de force dont j'avais été le témoin lors de mon passage aux Etats-Unis. Mais comme dans toutes démarches de ce type, il y a également des limites.

La pollution
La Chine est le pays au monde qui envoie le plus de gaz à effet de serre. Dans la plupart des grandes villes du pays, il me fût impossible de voir le ciel. Les locaux choisissent de plus en plus de se vêtir d'un masque pour que la pollution affecte moins leur respiration.

La rivière des perles à Canton. La vision dans les villes chinoises est constamment flouée par un nuage opaque de pollution

Les protocoles visant à diminuer l'émission de gaz nocifs ne sont pas respectés. La principale raison est que cela pourrait ralentir la croissance économique.

J'ai vu en Chine une quantité impressionnante d'usines qui envoyaient leurs fumées toxiques sans relâche, notamment dans la région d'extraction de charbon en Mongolie Intérieure.

Des usines près de la ville de Yinchuan

L'argent à tout prix
C'est un sentiment que j'ai eu en Chine. L'argent m'a paru être la préoccupation la plus importante pour les chinois. Tous les moyens sont bons pour faire de l'argent, mais la frontière entre opportunisme et abus m'a parfois semblé difficile à définir.

L'argent est omniprésent en Chine, même dans le jeu avec le fameux Mah-jong

Parfois, cette mentalité d'obtenir un maximum de bénéfice en un minimum de temps crée des problèmes, à toutes les échelles.

Un jour, dans un parc situé dans la province du Guizhou, j'ai vu un groupe de chinois se rebeller contre les personnes fournissant un service qui était manifestement une arnaque.

Un attroupement suite à une arnaque

De même, le développement économique ne touche que quelques privilégiés. Les différences entre les riches et les pauvres en Chine sont très grandes. J'imagine que satisfaire une population de 1330 millions d'habitants est un défi pour la République Populaire de Chine.

 

La population

La surpopulation
La Chine est peuplée de 1,3 milliards d'habitants, dont 90% sont issus de l'ethnie Han. C'est de loin le pays le plus peuplé du monde. Comme la population est inégalement répartie sur le territoire, il arrive que certaines situations dépassent la logique de bon sens.
Lors du festival de la mi-automne, je me suis rendu dans deux sites touristiques. Les chinois partent en général au même endroit au même moment.

Un chemin de randonnée dans la province de Guizhou durant le festival de la mi-automne

Une rue de Yangshuo, toujours pendant le festival de la mi-automne

La cohabitation
Il existe de nombreux groupes ethniques minoritaires en Chine. Les Huis, les Tibétains, les Mongols, les Uighurs. La cohabitation avec le groupe majoritaire Han se fait plus ou moins difficilement. Les résultats sont parfois surprenant, comme à Xi'an, où des mosquées ont été construites dans un mélange d'architecture islamique et chinoise.

La mosquée Daxuexixiang de Xi'an, construite au 8ème siècle est le résultat d'un intéressant mélange entre architecture islamique et chinoise

J'ai pu traverser certaines zones peuplées par des minorités ethniques, comme les Tibétains, les Uighurs et les Mongols. La signalisation était souvent écrite en sinogramme, mais aussi dans l'alphabet du groupe ethnique peuplant conjointement la région

En revanche, pour ces derniers groupes ethniques, je n'irai pas dire que la cohabitation est réussie, et spécialement celle concernant les tibétains. Il est d'ailleurs aujourd'hui interdit, en tant qu'étranger, d'accéder au Tibet.

Je n'ai pu voir les chörtens tibétains que depuis la province du Qinghai

Vous avez peut-être entendu parler des moines bouddhistes tibétains qui s'immolaient par le feu pour revendiquer leur droit à l'indépendance. Ces informations sont beaucoup plus connues en dehors de la Chine, car le gouvernement chinois veille à contrôler l'information pour mieux maîtriser sa population.

 

Propagande et conséquences  

Le parti communiste chinois gouverne la République populaire de Chine. Celle-ci fût fondée par Mao Zedong, à qui le peuple chinois voue toujours un véritable culte. Trente-six ans après sa mort, Mao est toujours omniprésent. Je l'ai retrouvé sur les billets de banque, sur des posters, en statue, en souvenir...

Une statue de Mao dans la ville de Guiyang

Le pouvoir, centralisé à Pékin, est fort et très présent. Pour être fort, le parti communiste chinois impose manifestement sa propagande. J'ai été surpris des techniques utilisées et des conséquences que cela a sur la population.

Techniques de propagande
Le parti communiste chinois utilise différentes façons pour convaincre la population de sa grandeur.

A l'école, tous les matins, les élèves doivent chanter l'hymne national lors du levé de drapeau.

L'hymne national dans une école de Kunming

L'information est très contrôlée. Internet est régit par des cyber-censeurs qui sélectionnent les informations conformes aux directives du gouvernement.

De même, les médias appartiennent presque tous au gouvernement et j'ai pu faire l'expérience d'une situation pour le moins surprenante.
« A Xian, le journal principal de la ville avait décidé de m'accorder une interview. Celle-ci se passa sur deux jours et fût donc très complète. Après quelques jours, je recontacte les journalistes pour connaître la date de diffusion et récupérer une copie. Ceux-ci m'apprennent que la chef éditoriale refuse de publier l'article, m'accusant par la même occasion d'avoir menti sur mon histoire. « C'est impossible » affirma t-elle. »

J'imagine que propager un message d'ouverture d'esprit et de tolérance entre les peuples n'est pas vraiment dans les préoccupations actuelles du parti communiste chinois.

Le marteau et la faucille du parti communiste chinois devant le stade olympique de Pékin

Une autre de mes surprises se déroula lors de mes recherches pour passer la nuit quelque part. Il m'est ainsi arrivé de me faire refuser l'accès de nombreux hôtels car je n'étais pas de nationalité chinoise. A l'inverse, certains hôtels pour étrangers refusent la présence de chinois. Il n'est pas difficile de comprendre que le but recherché est de limiter au maximum la diffusion de l'information en empêchant les rencontres entre les locaux et les étrangers.

Conséquences
Lors de mes conversations avec des locaux chinois, je me suis rendu compte que la plupart avait une vision du monde qui se limitait souvent à la version officielle du parti communiste. Très peu savaient que le Tibet était interdit aux étrangers et beaucoup pensaient qu'envoyer des «Hans » en masse était une très bonne solution pour développer cette province.

Ce qui m'a beaucoup surpris également est que le chinois n'a pas beaucoup d'esprit critique. Il n'y a pas beaucoup de remise en question des faits qui lui sont présentés. De plus, j'ai souvent senti que contredire l'information politique serait perçu comme un blasphème religieux.

Cette propagande crée un isolement du peuple chinois. C'est une des raisons pourquoi il fût aussi difficile de communiquer. A l'inverse, cela permet à la culture chinoise de rester unique en ne subissant que très modérément les influences d'autres cultures.

 

Zhongguo 

La Chine, au cours des siècles, a certainement eu des interactions avec les peuples environnants.

La Route de la Soie, par exemple, a ouvert la porte a des échanges commerciaux entre différentes civilisations. Il y a eu aussi des guerres, des invasions, des empires, des dynasties. Différents groupes ethniques se sont affrontés, ont cohabité, ont été assimilé. La Chine d'aujourd'hui est donc une conséquence de la Chine d'autrefois.

Des Empires
La Chine a aussi connu des hommes forts, des leaders, qui ont laissé leur emprunte jusqu'à aujourd'hui.

Il y a plus de 2000 ans de cela, l'Empereur Qin Shi Huang de la dynastie Qin s'est fait enterrer avec une armée de plusieurs milliers de soldats en terre cuite, dans les environs de Xi'an.

Des invasions
Vous connaissez sans doute la fameuse Grande Muraille de Chine. Longue de plus de 6700 kilomètres, elle fût bâtie pour contrer les invasions barbares.

La Grande Muraille de Chine à Badaling

Un concept ancien disait que la Chine se considérait elle-même comme l'Empire du Milieu, soit «Zhongguo » en chinois. C'est à dire que la Chine était localisée au centre du monde chinois. Tout se qui se trouvait en dehors des frontières était supposément peuplé de « barbares ». J'ai trouvé une phrase près d'une portion de la muraille qui explique assez bien cette idée.

« Localisé à la frontière de deux cultures, la Grande Muraille fût construite pour se défendre »

Il y a donc une relation distinctement établie entre la différence de culture et le conflit. Ce qui est différent est barbare, donc source de danger.

Certains diront que l'argument n'est plus valable aujourd'hui. Mais pourtant, l'Homme construit toujours des murs pour se protéger de son voisin. La France et sa ligne Maginot entre les deux guerres mondiales, ou encore les Etats-Unis et son mur à la frontière mexicaine.

 

L'Histoire permet parfois de comprendre le présent. Est-ce que la vision ancestrale des étrangers barbares est un préambule logique à l'isolement culturel chinois actuel ? Est-ce que cette ancienne vision d'Empire du milieu, de centre du monde, permet de comprendre le désir contemporain de devenir la première puissance mondiale?

La Chine de demain, je l'imagine très puissante. Sa population est énorme et sa croissance économique est spectaculaire. Cependant, à chaque grand pouvoir revient de grandes responsabilités.

La Chine aura certainement des défis à relever. Peut-être devra t-elle prendre conscience de son environnement, tolérer ses minorités ou laisser sa population se responsabiliser.

Car la population de la Chine représente presque 20% de la population mondiale, ses choix influenceront le futur de la planète. J'espère seulement que l'argent et le pouvoir ne seront pas les seuls critères de décision.

Pour ma part, je continue ma route. Je suis arrivé récemment en Asie Centrale, après une réorientation d'itinéraire que j'expliquerai dans un prochain article.

A bientôt et très bonnes fêtes de fin d'année 2012!

Jérémy



Retour au Sommaire

Copyright 2009 - Tous droits réservés - Tour du monde en autostop - Une réalisation ACS Informatique - Creation site internet