Accueil | Préparatifs | Présentation | Tour du monde | Interview | Coin des écoles | Sponsoring |
Tour du monde en autostop - Jeremy Marie

Partenaire







 Carnet de Bord : La traversée de l'Eurasie

De la côte est de la Chine jusqu'à la France, il y a environ 10,000 kilomètres à vol d'oiseau. Pour la dernière partie de ce tour du monde, j'ai le choix entre trois différents itinéraires pour passer de l'Asie à l'Europe: la route des Indes, l'Asie centrale ou la Russie. Voici une description de ces trois itinéraires, de leurs difficultés, de leurs intérêts et celui que j'ai choisi au final.

Trois itinéraires possibles

La route des Indes

Intérêts
La route des Indes est certainement, à mes yeux, la route la plus intéressante. Cet itinéraire m'amènerait à traverser le Tibet, découvrant la chaîne himalayenne et son mont Everest, puis d'entrer sur le sous-continent indien par le Népal. Je pourrais visiter Katmandou, Pokhara, avant de débuter la visite de l'Inde. L'Inde est un pays qui me fascine, possédant une culture d'une richesse incroyable. Tous ces noms qui font rêver : Varanasi, le Taj Mahal, New Dehli, Kolkata, Mumbay... De là, je pourrais me diriger vers le Pakistan où je découvrirais sans doute une des meilleures hospitalités sur cette planète. Enfin, je continuerais cet itinéraire vers l'Iran, un autre pays qui me fascine, et où je pourrais m'intéresser de plus prêt à la culture perse.

Difficultés
-La première difficulté est de traverser le Tibet pour atteindre le Népal. Le Tibet est une province chinoise qui est aujourd'hui totalement interdite aux étrangers. Je me suis préparé pendant plusieurs semaines pour trouver l'emplacement des points de contrôle de la police chinoise, afin de les contourner. Avec un peu de chance, je pourrais certainement passer.

La carte des checkpoints de police au Tibet

-La seconde difficulté est l'impossibilité d'obtenir le visa pakistanais hors de mon pays de résidence. De plus, il m'a été confirmé que je ne puisse même pas faire réaliser ce visa en France par un intermédiaire en envoyant mon passeport par courrier spécial (ce qui m'aurait déjà coûté 200 dollars pour les frais d'envoi aller-retour).

Il faudrait donc que j'aille en personne à l'ambassade du Pakistan à Paris, puis retourne en Inde, pour enfin entrer dans ce pays, ce qui est hors de question.

Verdict
Ces problèmes administratifs pour le visa pakistanais ont eu raison de moi pour cet itinéraire. Je ne vous cache pas que c'est une déception de ne pas pouvoir découvrir l'Inde sur ce voyage, surtout à cause de problèmes bureaucratiques.

 

La Russie

Intérêts
L'itinéraire vers la Russie m'amènerait tout d'abord vers la Mongolie, où je pourrais traverser le désert de Gobi et les steppes du pays. Ce serait un périple principalement basé sur la nature et les grands espaces. Ensuite, il me faudrait traverser presque toute la Russie en longeant la fameuse ligne de chemin de fer du Transsibérien, avant d'arriver à Moscou et visiter la fameuse place Rouge et le Kremlin.

Difficultés
-Arrivant en plein hiver dans cette zone, je devrais faire du stop avec des températures oscillant entre -20°C et -40°C. Autant vous dire que cela refroidit un petit peu.

Les températures en Janvier à Irkoutsk, qui serait situé sur cet itinéraire

-Le visa russe est presque aussi difficile à obtenir que le visa pakistanais. L'extrême majorité des visas touristiques sont délivrés depuis le pays de résidence, soit pour moi encore une fois en France. Je pourrais éventuellement obtenir un visa de transit, mais vous imaginez bien que traverser plus de 6000 kilomètres en quelques jours est assez périlleux.

Verdict
Traverser des plaines gelées en un minimum de temps ne m'a pas paru l'itinéraire le plus adéquat pour traverser l'Eurasie, et ce, au cas où je pourrais éventuellement obtenir un visa. Je ne passerai donc pas par la Russie.

 

L'Asie Centrale

Intérêts
Pour accéder en Asie Centrale, il me faudrait tout d'abord traverser toute la Chine d'est en ouest. Arrivé aux confins de l'Empire du Milieu, je pourrais découvrir la culture Uighur, avant d'entrer dans les pays en « Stan ». Kazakhstan, Kirghizstan, Ouzbékistan, Turkménistan. C'est une arrivée dans les pays de l'ex URSS mais aussi et surtout la découverte de la route de la soie et ses magnifiques villes-étapes comme Samarcande ou Boukhara. Puis, enfin, l'Iran, son hospitalité et sa culture. Persépolis, Mashhad ou encore Isfahan.

La cathédrale Zenkov, de religion chrétienne orthodoxe à Almaty au Kazakhstan

Difficultés
-Lhiver est rude dans cette région du monde. Les températures peuvent aller facilement jusqu'à -30°C la nuit dans les montagnes. La neige peut également bloquer certaines routes.

-Les pays d'Asie Centrale sont réputés pour être un enfer pour les visas. Il me faudra m'organiser en conséquence pour ne pas rester bloqué quelque part.

Verdict
Je vais donc voyager en Asie Centrale et découvrir cette région qui est très peu connue dans le reste du monde. Je suis aujourd'hui à Bishkek au Kirghizstan, attendant pour le visa iranien.

A très bientôt sur la route de la soie,

Jérémy



Retour au Sommaire

Copyright 2009 - Tous droits réservés - Tour du monde en autostop - Une réalisation ACS Informatique - Creation site internet