Accueil | Préparatifs | Présentation | Tour du monde | Interview | Coin des écoles | Sponsoring |
Tour du monde en autostop - Jeremy Marie

Partenaire







 Sac à dos

A l'aube de mon départ en Octobre 2007, je n'avais qu'une vague idée des réels besoins d'un auto-stoppeur sur les routes du monde.
A l'issue de ce voyage, voici mes impressions sur l'utilité ou non de chaque pièce de matériel.
Vous réaliserez que très peu d'objets ont réussi à survivre à 5 années de poussière, d'extrêmes sécheresses et de denses moussons.
Bonne préparation !


Sac et tente :


-Sac à dos 40 litres
Je suis parti avec une musette de l'armée suédoise. Cet équipement me fût offert et je dois dire que la technologie militaire fût un succès à part entière. Presque aucune réparation et le sac à fait tout le voyage. Bon point !

-Sac à dos 15 litres
J'ai choisi d'acquérir un deuxième sac après 6 mois de voyage. Plus petit, il me permettait séparer les affaires et de conserver avec moi le matériel important, dans l'habitacle pour le stop et sur mon dos durant mes journées de visite entre deux étapes. J'ai eu consécutivement 4 sacs.
-Un bon marché acheté dans une échoppe du Caire. Tellement bon marché qu'il s'est désintégré rapidement.
-Un sac d'école Nike, qui ne devrait être utilisé que pour aller à l'école. Lui aussi n'est pas allé très loin.
-Un sac de randonnée Timberland, qui me fût offert à San Francisco. Très bonne qualité, il m'a accompagné pendant 3 ans.
-Un sac de randonnée North Face, acheté pour 15 dollars à Hoi An au Vietnam. Très bonne qualité également, je l'utilise toujours.
Verdict : Un deuxième sac m'a été très utile. Je conseillerais d'en acheter un de bonne qualité, mais de tenue discrète. Autre information, un filet pour déposer la (ou les) bouteille(s) d'eau est recommandé. Bon point !

-Tente 2 places
Je n'ai emporté aucune tente lors de mon départ. Cela m'a valu une bonne centaine de nuits à la belle étoile, mais m'a également poussé à rencontrer la population.
Je conseillerais la tente si vous envisagez un voyage à pied ou en vélo. Cela vous permet d'accéder à plus d'autonomie et profiter plus en profondeur du spectacle de la nature.
Pour l'auto-stop ou un voyage centré essentiellement sur les rencontres, la tente ne me paraît pas absolument nécessaire, puisque vous serez certainement forcé à rester près de la civilisation pour trouver des véhicules. Cela signifie « bivouac » sur les arrêts de bus, dans les bâtiments en construction, sous les ponts...


Habillement :

-Paire de chaussettes en coton
J'ai oscillé entre 1 et 5.
1 est utile lors des saisons chaudes et d'éventuelles sorties un peu « habillées »
5 est utile quand les températures deviennent glaciales

-Boxers
Là aussi, j'ai oscillé entre 1 et 5. Été ou hiver, je préfère et conseille 5 !

-Maillot de bain
Voilà un bon investissement. Un simple short de bain, qui peut devenir short en cas de pénurie et maillot de bain quand une rivière, un lac ou une mer se présentent. Incontournable ! Bon point !

-Casquette
La casquette est un élément indispensable lorsqu'on passe ses journées dehors. J'en ai eu plusieurs sur la route, à chaque fois la plus simple suffit. Bon point ! 

Ajout -Bonnet
J'étais parti sans. Je l'ai vite regretté. Cela ne prend pas de place, et pendant les saisons chaudes, il restait au fond de mon sac, pour réapparaître comme par miracle quand l'hiver arrivait.

-Écharpe
J'ai opté pour un simple keffieh. Utile pour couper les courants d'air, filtrer la poussière de la route et réchauffer un peu pendant l'hiver. Multifonction et très léger. Bon point !

-Manteau goretex
Certainement utile pour marcher ou faire du vélo, mais plutôt optionnel pour l'auto-stop. Un coupe vent étanche, avec plusieurs couches de vêtements me paraît suffisant pour un temps normal. Quand le froid himalayen sévit, par contre, un gros manteau m'a paru judicieux. J'en ai trouvé un à la «Salvation Army » en Nouvelle-Zélande.

-Tee-shirts (dont 1 manche longue)
En partant avec 2, j'avais visé un peu juste. 4 tee-shirts me paraissent un peu mieux adaptés. Dans les zones tropicales et humides, il n'est pas impossible de tourner à 2 voire 3 tee-shirts par jour. Pensez-y !

-Pantalons légers
J'ai finalement choisi un jean et un pantalon léger. Le jean est ceci-dit assez encombrant dans le sac en été, mais sa longue durée de vie en fait un investissement plutôt rentable.

-Pull léger laine
Indispensable également. Un tee-shirt n'est parfois pas suffisant, même en été. J'ai toujours voyagé avec un pull léger et un sweat-shirt.

-Paire de chaussettes de montagne
J'ai vraiment investi pour des chaussettes de montagne quand la température descendait très bas dans les négatifs. Au Kazakhstan, j'ai même acquis une paire de chaussettes en poil de chien, qui fût très utile à -29. Par contre, inutile de se balader avec ces encombrants bas, car ils prennent de la place dans le sac, et de toute façon vous en trouverez sur place quand vous en aurez besoin, pour moins cher qu'en France généralement.

Ajout -Gants
Oubli de départ, je l'ai encore plus regretté que le bonnet. J'ai eu beau utiliser mes chaussettes pour me couvrir les doigts, ce ne fût qu'une solution de secours. Une paire de gants est indispensable pour faire du stop quand la température devient négative. Par la suite, j'ai toujours gardé une paire au fond de mon sac, et ne l'ai jamais regretté. Bon point !

Ajout -Long John (caleçon long)
Découvert lors de ma traversée hivernale de Chine et du plateau tibétain. Cette sorte de cycliste long et épais m'a littéralement changé la vie. Réchauffant, coupe-vent, je le conseille vivement pour les rudes hivers. Vous en trouverez facilement en Chine, si c'est là où vous vous rendez. Bon point !

-Lunettes de soleil
Pour l'auto-stop, je les déconseille. Comme il est important de regarder les conducteurs dans les yeux, porter une paire de lunettes de soleil me semble désavantageux, et un brin arrogant.
Je n'ai jamais été un fan absolu des lunettes de soleil, car il coupe le contact visuel avec les locaux. Un regard offre beaucoup de vie, et le couper par des verres opaques me paraît limiter l’interaction obtenue avec l'autochtone.
Par contre, pour les randonneurs et cyclistes, il peut avoir son utilité, notamment lorsque l'altitude est élevé comme dans l'altiplano, ou quand le paysage est très clair, comme la neige himalayenne ou les plages de sable blanc thaïlandaises.


Chaussures :

-Chaussures de randonnée
J'ai trouvé une paire de chaussures de randonnée Nike d'occasion à la « Salvation Army » de Eugène aux Etats-Unis. Ces magasins vendant du « second hand » sont de véritables cavernes d'Ali Baba. Pour 5 dollars (oui!!), ces chaussures m'ont duré deux ans d'intenses efforts. Je les utilisais pour mes étapes d'auto-stop.
Puis, mes hôtes m'offrirent une nouvelle paire en Chine. Elles me suivirent jusqu'en Roumanie. Pour l'hiver, je conseille ce type de chaussures, qui couvrent bien les extrémités des membres.

-Tennis / Converses
J'ai un petit faible pour les converses. Bon marché, trouvables partout, légères, j'en avais toujours une paire pour les journées de visite entre deux étapes.

Ajout -Claquettes
Pour la moitié de l'Afrique, le Moyen-Orient, l'Asie du sud-est, l'Amazone et toutes les zones tropicales, ce furent mes souliers de choix. Facile à transporter, aucune valeur donc pas d'attirance au vol, utile pour les douches hasardeuses, faciles à remplacer, les claquettes me paraissent absolument indispensables pour le voyage.
Bon point !


Accessoires :

-Briquet
Très utile, un peu l'outil sert-à-tout qui peut sauver une situation. Par exemple utilisé pour faire un feu dans l'altiplano bolivien, ce petit ustensile m'a peut-être sauvé la vie. J'en conseillerais même deux au cas où. Bon point !

-Couteau suisse
Il m'a été plusieurs fois utile, notamment pour étaler le pâté sur mes sandwich ou débouchonner une bouteille. Suffisant pour l'emmener avec soi.

-Calculette
Cela pourrait être seulement utile dans le cas de change d'argent au noir. J'ai parfois utilisé un téléphone portable, même qui n'avait pas de fonction calculatrice, pour simplement bluffer. Toujours être préparé et connaître les taux de change avant de changer l'argent de toute façon. Facile à dire, mais pas tout le temps à faire !

-Un bouchon pour évier
Je n'en ai jamais possédé et jamais vraiment regretté. Au pire, je bloquais une chaussette pour limiter l'évacuation d'eau.

Ajout -Sac de montagne étanche
Avec son caractère étanche et sa protection via la capture d'air, les chocs sont infimes, donc ce type de sac très efficace. Cela prends de la place, mais son utilité, suite aux nombreux bris, m'a fait le garder jusqu'à la fin. Il protégea efficacement mon netbook et ce, jusqu'à la fin.

-Cadenas
Une vraie bonne idée. Incroyable peut-être, mais nombre de chambres d'hôtels bas-prix dans les pays en voie de développement, n'ont pas de système de fermeture de porte. Parfois, il vaut également mieux substituer le cadenas que l'on vous donne par le votre. Les employés ne sont pas tout le temps des anges. Utile aussi pour sécuriser son sac dans les endroits publics, ou si vous prenez l'autocar. Nombre d'histoires entendus de sacs fouillés dans les bus, surtout de nuit. Bon point !

-Bougies
Je n'ai jamais eu de bougie, n'en ai jamais eu le besoin non plus. En cas de panne d'électricité, vos hôtes en auront sûrement. Si vous êtes dehors, je doute que le vent ne laisse conserver votre flamme pendant longtemps. Fausse bonne idée ?

-Boussole
Dans ma situation, une boussole fût inutile. Dans les cas extrêmes, j'utilisais le soleil. Levé à l'est, couché à l'ouest. Mais comme mon voyage se déroulait principalement près des axes routiers, je n'étais que très rarement en situation de perte. Peut cependant être utile pour les randonneurs, voire les cyclistes.

-Cadeaux (bics)
Après réflexion, je ne conseille pas de donner des cadeaux pour « rien ». Pire, cela peut encourager la mendicité et sortir totalement les enfants du cadre scolaire. Si vous voulez aider, faites en sorte que le cadeau soit mérité. Aider financièrement est, étrange à le dire, un travail à plein-temps. Cela doit succéder à une étude de situation, de problème, et de mentalité. A vous de voir.

-Cordelette
Pas vraiment utile, sauf pour ceux qui partent en randonnée pendant longtemps. Une cordelette peut ainsi faire office de corde à linge.

-Serviette essorable à 90%
Superbe matériel. Utile, léger, petit, pratique, en plus elle sèche très rapidement. Un bien bel investissement. J'en ai eu 2 pendant le voyage. Pas parce que la première fût usée, mais parce que je l'ai perdu sur l'océan. Bon point !

-Sac de couchage
J'ai opté pour un léger sac d'été. Très petit (fin comme une bouteille d'eau), léger, il fût très utile pendant ce voyage. Insuffisant peut-être pour les nuits dehors en hiver, il m'a tout de même permis de bivouaquer un peu partout en me réveillant chaque matin. De marque « Quechua », il m'accompagna aussi pendant les 5 ans et demi de route. Bon point !

-Couverture de survie
Je lui ai découvert une fonction pendant le voyage et l'ai trouvé indispensable après cela. Comme un tapis de sol extra-léger et absolument pas encombrant dans le sac, il permettait de ne pas salir mon sac de couchage ni mes vêtements. Pour la taille d'un paquet de kleenex, je le recommande vivement aux bivouaqueurs de l'extrême. Bon point !

-Adaptateur
Je le recommande, mais attendez d'être sur la route pour en acheter un. En France, c'est hors de prix, alors qu'une fois dans le pays en question, ce n'est plus qu'une poignée de dollars que l'on vous demandera. Néanmoins, cela est effectivement très pratique.

-Téléphone portable
J'ai passé plus de la moitié du voyage sans téléphone portable. Ne pas en avoir procure encore plus de liberté. M'intéressant de près à la population, j'ai toutefois trouvé un intérêt au téléphone portable. Il facilite l'accès aux hôtes, les rencontres avec les écoles, d'éventuels entretiens avec des journalistes, permet le contact avec les capitaines de bateau et offre une solution de dernier recours non-négligeable en cas de problème. Débloqué pour presque rien en Ouganda, j'achetais une carte sim pour presque rien dans chaque pays. A vous de voir.

Ajout -Lampe de poche
Plus utile que la bougie, elle m'a fortement aidé pendant mes marches ou mes étapes nocturnes. Il y en a même qui se rechargent à l'énergie solaire. Une frontale m'a été nécessaire pour les traversées en bateau. Je l'ai gardé par la suite et n'ai jamais été déçu. Bon point !

Ajout –Trousse à tout
En vérité, une trousse à pharmacie recyclée en trousse à tout. J'y déposais les batteries de caméra, de téléphone, le fil à coudre, les cartes sim des pays, le couteau-suisse, le briquet, le tube de colle, le marqueur, les ciseaux, la cordelette, la lampe de poche, les adaptateurs, la couverture de survie et tous les petits objets que je trouvais utile.


Trousse de Toilette :

-Mini-trousse
Pour garder l'ensemble des ustensiles à portée de main, je conseille la trousse de toilette. La mienne me suivit pendant le tour complet. Rien de spécial dans la marque, mais en acquérir une me semble indispensable. Bon point !

-Bosse à dents et dentifrice
Voyager au long cours ne signifie pas se transformer en homme de cro-magnon. Gardez l'haleine fraîche, vos hôtes n'en seront que plus reconnaissant !

-Shampoing
N'ayant pas, ou peu, de cheveu, j'ai trouvé la possession de shampoing plutôt futile. Par contre, pour ceux qui en ont, j'imagine que cela peut être utile.

-Déodorant
Peut sauver la mise dans des cas d'extrême urgence. Sinon, toujours plaisant d'avoir les dessous de bras qui ne sentent pas le bouc. Encore une fois, si ce n'est pas pour vous, faîtes le pour vos hôtes !

-Rasoir, mousse, après-rasage
Rasoir à main et savon furent suffisants. Pas de mousse ou après-rasage. J'ai pu utiliser les lames Wilkinson, puis Gillette pendant très longtemps. Cela râpe un peu, mais l'essentiel est là : être propre et présentable.

-Savon dans sa boite étanche
La boite étanche est une véritable trouvaille et élément indispensable du voyageur. J'ai vu des routards tenter de conserver leur savon dans des sacs plastiques, ou mouchoirs. Non ! Une petite boite étanche en plastique, créée spécialement pour cela, vous sauvera vos affaires et conservera votre savon en bonne et due forme. Un vrai bon point !

-Lingettes rafraîchissantes et antiseptiques
Je n'ai jamais vraiment eu besoin de cela. Peut-être cependant utile pour les demoiselles. Les garçons sont parfois un peu rustres il est vrai.

 

Trousse Médicale :

-Aspirine (à croquer), pansements
Une petite boite d'aspirine et quelques pansements peuvent être utiles, ainsi qu'un désinfectant antiseptique et des médicaments anti-diarrhéiques. Pour les autres petits problèmes de santé, mieux vaut voir sur place à la pharmacie car en général les locaux connaissent mieux les petites maladies locales.
Pendant le voyage, je n'ai presque jamais eu de médicaments avec moi. J'ai été chanceux, mais le fait d'être resté connecté de la civilisation m'a fortement aidé.

-Crème / Produits solaires
Je n'en ai jamais utilisé. Je le recommande toutefois pour les cyclistes, les randonneurs et ceux qui ont la peau fragile.

-Lunettes de vue / Lentilles
J'ai démarré mon voyage avec des lentilles de contact que je devais changer tous les jours. Assez incompatible avec cette forme de voyage je dois dire ! Il paraît qu'il est désormais possible d'obtenir des lentilles pour le mois. A voir.
En ce qui concerne les lunettes de vue, j'ai eu plusieurs paires pendant mon voyage. Quelle bonne surprise de pouvoir acheter dans la rue ces montures à dispositif correctif. En Colombie, en Iran, cela me coûta entre 5 et 10 dollars.

-PQ
Tout bête, et incontournable. J'ai toujours eu du papier toilette avec moi, même juste une poignée et cela me sauva la mise un nombre incalculable de fois. Combien de WC sans papier ni eau ai-je croisé durant mon voyage ? Presque un sur deux serais-je tenté de dire. Bon point !

-Bandages
Peut sauver la vie autant qu'être complètement inutile. Heureusement pour moi, ce fût inutile. Comme on ne sait jamais, embarquez-en quelques-uns. Cela pourrait être suffisant jusqu'au prochain hôpital.

-Répulsif anti-moustiques et insectes
Je n'ai presque jamais utilisé de répulsif. Par contre, j'ai vite fait de trouver une moustiquaire, et spécialement pour la traversée de l'Afrique où les moustiques sont spécialement féroces et porteurs de malaria (dont la cérébrale). La moustiquaire portative fût pour moi la meilleure solution. La cordelette fût d'ailleurs réquisitionnée pour réparer ma malheureuse cage. Avec succès, car je n'ai pas été malade.


Papiers et Argent :

-Album photo (famille, amis, pays)
Superbe outil du voyage. Absolument indispensable pour moi dans l'optique des rencontres, de l'échange. Cela amène un peu de vous et du monde à vos hôtes d'un soir. Une photographie parle beaucoup plus que des mots la plupart du temps.
Un super bon point !

-Carnet d'adresse
J'ai troqué le carnet d'adresse pour un petit carnet de notes, assez grand pour rentrer dans la poche arrière de mon pantalon. Celui-ci me permet de noter chaque contact certes, mais aussi de prendre des notes au fur et à mesure de la route. Des détails, des pensées, que je reportais quotidiennement ou presque dans un carnet de bord de la taille d'un cahier d'écolier. Un carnet de notes donc, en prémices à l'écriture du journal. Bon point !

-Carnet de santé
Si vous avez un problème de santé que vous jugez important, peut-être. Pour ma part, je gardais sur moi mon petit livret de vaccins, avec une déclaration de mon groupe sanguin à l'intérieur. Qui sait, cela peut également sauver la vie.

-Passeport / Carte d'identité
Disons, clairement, indispensable. La carte d'identité également pour certaines situations où vous ne voulez pas sortir votre passeport. Une astuce également, dans certains pays extra-corrompu comme en Asie centrale, Vénézuela ou autres, tentez de faire une photocopie de la page d'information de votre passeport, ainsi que de la page de votre visa dans le pays où vous êtes. Vous pouvez également tenter de le faire certifier à l'ambassade française. Parfois, cela est gratuit. Cela vous évitera d'avoir à montrer votre vrai passeport à quelques officiers véreux.

-Permis de conduite international
Valable un an, donc il fût périmé pendant 4 ans de mon côté. Cela est gratuit à obtenir à la préfecture cependant. Personne ne me l'a jamais demandé, je n'ai pas eu non plus beaucoup d'occasion où je conduisais. Le permis de conduire national m'a paradoxalement paru plus utile. Pour louer un scooter à Bali par exemple.

-Photocopie des papiers importants
Oui et re-oui. Puis, surtout, faites un scanner de ceux-ci et envoyez-le à vous-même sur votre boite e-mail. Bon point !

-Liquide – dollars
Cela est malheureusement indispensable. Je déteste avoir beaucoup de cash avec moi, mais je dois dire que ne pas l'avoir tout le temps fait m'a mené à vivre quelques expériences pour le moins difficile. Impossibilité d'en retirer au Soudan, carte bloquée en Colombie, taux d'échange très désavantageux au Vénézuela, Ouzbékistan, Iran... J'avais en général 100 dollars US réparti sur moi unpeyu partout.

-Assurance
Je conseille d'avoir une assurance. J'ai voyagé sans pendant trois ans et demi, car la mienne refusa de me rembourser sur mon unique requête. Par contre, je conseillerai une assurance sur les grands besoins comme le rapatriement, les gros frais d'hopitaux. Pour les petits passages chez le médecin, laissez tomber. Il y a même de nombreux pays où cela est gratuit ou à très bon marché. Argentine, Brésil, etc... Évitez cependant d'aller voir le docteur aux États-Unis ou Australie. Absolument hors de prix !

-Ceinture – Pochette documents
Voilà une autre très bonne idée. J'ai toujours gardé une ceinture cachée dans mon bas du dos. Dedans, un sac ziploc étanche ou je cachais les documents importants, passeport, carte bleue, liquide, etc... Jamais je ne m'en suis séparé, et jamais je ne me la suis fait voler. J'avais également une ceinture dans laquelle était cousue une double poche. Cela me permettait de disperser mon liquide un peu partout. Bon point !

Ajout -Porte-monnaie
Dans l'optique de disperser au maximum mon liquide, j'avais un porte-monnaie que je réapprovisionnais quotidiennement. Cela me permettait de ne pas sortir la liasse à chaque achat. Bon point !

-Photos d'identité
Il est toujours utile d'en avoir d'avance. Pour les visas, pour les points d'immigration, pour divers demandes en tous genres. Faites-en une réserve, cela vous sauvera de courses inutiles en ville. Bon point !

-Travellers chèques
Je n'ai jamais ressenti le besoin d'en avoir. A vrai dire, l'argent liquide m'a paru plus utile, et spécialement le dollar américain. Toutefois, peut-être un ou deux en réserve en cas de grosse urgence ?

-Carte visa
Source de facilité, source de problème aussi par la dépendance engendrée. Mais comment faire autrement ? Partout ou presque (sauf Soudan, Vénézuela, Ouzbékistan, Turkménistan, Iran), j'ai pu retirer de l'argent sans avoir à transporter du liquide avec moi. Mais parfois, pour des raisons de sécurité, ma banque me la coupait ou même la bloquait. Quand il me restait 5 dollars sur moi, autant dire que c'était le branle-bas de combat. Voilà pourquoi simultanément, il est indispensable d'avoir une centaine de dollars en liquide, ce qui donne le temps d'organiser le déblocage de la carte.

-Petit atlas
Dans mon livre de voyage, j'avais des cartes du monde et de tous les continents. Cela me permettait de décrire mon itinéraire ou de passer des journées de palabres avec des collègues voyageurs. Utile ? Pas essentiellement. Ludique ? Absolument.
Par contre, j'ai utilisé un atlas routier pour ma traversée de la Chine en auto-stop, un atlas à caractères chinois. Celui-ci changea ma vie pour ce cas spécifique. La communication était tellement difficile et les échangeurs autoroutiers tellement nombreux que je le conseillerais sans aucun doute.

Ajout – Guide de voyage
Lonely Planet, Guide du Routard, Bradt, etc... Bien que les informations soient parfois adaptées à un certain public, j'ai trouvé un certain intérêt à utiliser ces guides. Les cartes du pays, les plans de ville, un peu d'histoire et quelques informations subsidiaires m'ont permis de rentrer plus rapidement dans le vif su sujet et d'approfondir mes échanges avec les locaux.
L'investissement peut être proche de zéro. Pour ma part, j'ai trouvé mon premier guide dans un hôtel-backpacker (en l'échangeant contre un roman), puis je troquais celui-ci pour celui du prochain pays quand je rencontrais des voyageurs qui venaient en sens inverse.


Loisirs :

-5 dés – cartes
Je n'ai jamais véritablement emporté de jeu avec moi. Je laissais plutôt mes hôtes me faire découvrir les intérêts et divertissements locaux. Par contre, pendant les moments de solitude, j'avais toujours un livre sous la main. Indispensable sur l'océan également.
Un peu de musique via un Mp3 de petite qualité. Mais en général, je préfère écouter le silence (ou pas) de la route.


Reportage :

-Appareil photo numérique
J'ai possédé deux appareils pendant mon voyage. Un Sanyo qui agissait en tant que caméra également. Très bonne qualité, petite taille, son seul désavantage est qu'il avait un peu l'air d'un revolver, ce qui effraya quelques personnes. Je le perdis dans l'altiplano bolivien.
Le deuxième fût un bridge Kodak. Plus imposant, mais aussi résistant, il m'accompagna pendant 3 ans et demi, et je l'ai toujours. Peut-être pas l'idéal pour les photos discrètes, il a toutefois l'avantage de montrer mes intentions pacifiques. Je pense que deux appareils photos, un petit numérique et un plus gros sont l'idéal.

-Carte de sauvegarde pour appareil photo
Je ne sauvegardais par pour longtemps mes photos sur l'appareil, car je les transférais au plus tôt sur mon ordinateur. Si vous voulez du très grand format, mieux vaut peut-être aussi avoir une grosse carte mémoire.

-Caméra numérique
Je n'ai pas utilisé de caméra, ni beaucoup filmé pendant ce voyage. J'utilisais seulement la fonction vidéo de mes appareils photos, qui s'avère d'ailleurs sympathiques pour la prise de souvenir. Si vous envisagez de professionnaliser votre prise d'image, alors le matériel devra être adéquat.

-Clé USB
Très important, voire pas suffisant. J'ai trop vu de voyageurs qui se sont fait voler leurs photos pendant leur périple, que une double, voire triple sauvegarde est « obligatoire ».
Pendant mon voyage, j'ai utilisé 2 clés USB, puis un disque externe, additionné à un netbook. Je renvoyais systématiquement mes photos à ma famille qui les stockait en France. D'ailleurs, j'utilisais ce site internet assez pratique www.mycoursier.com

Ajout -Netbook
Pour ce voyage au long cours, j'ai trouvé une très forte utilité à mon netbook. Il me permettait de stocker mes photos, d'organiser des Powerpoint à montrer dans les écoles, d'écrire les articles pour le site, de trouver des hôtes Couchsurfing (spécialement aux USA/Australie où les cybercafés sont très rares), d'envoyer mes documents en France, de communiquer via skype avec la famille... J'en ai eu 4 pendant 5 ans, un vrai investissement donc, mais j'ai trouvé la parade finale pour protéger efficacement mon netbook des multiples chocs auxquels il faisait constamment face une fois sur la route : « un sac de montagne étanche ». Bon point !

 

 

 Ci-dessous, voici la liste de matériel avec laquelle j'étais parti en 2007:

  •   Ce que je possède
  •   Ce que je ne possède pas
Sac et Tente :
  •   Sac à dos 40 litres
  •    Sac à dos 15 litres
  •   Tente 2 places
Habillement :
  •   1 paire de chaussette en coton
  •   3 boxers
  •   Maillot de bain
  •   Casquette
  •   Echarpe
  •   1 manteau goretex
  •   2 tee-shirt (dont 1 manche longue)
  •   2 pantalons légers
  •   1 pull léger laine
  •   1 paires de chaussettes de montagne
  •   Gants
Accessoires :
  •   Briquet
  •   Couteau suisse
  •   Calculette
  •   Un bouchon pour évier
  •   Clé USB
  •   Cadenas
  •   Bougies
  •   Boussole
  •    Cadeaux (bics)
  •   Cordelette
  •   Serviette essorable à 90%
  •   Sac de couchage
  •   Couverture de survie
  •   Adaptateur
Trousse de Toilette :
  •   mini - trousse
  •   Brosse à dents et dentifrice
  •   Shampooing
  •   Déodorant
  •   Rasoir, mousse, après-rasage
  •   Savon dans sa boite étanche
  •   Lingettes rafraîchissantes et antiseptiques
Trousse Médicale :
  •   Aspirine (à croquer), pansements
  •   Crème / Produits solaires
  •   Lunettes de vue / Lentilles
  •   PQ
  •   Bandages
  •   Petit antiseptique
  •   Répulsifs anti-moustiques et insectes
Papiers et Argent :
  •   Album photo (famille, amis, pays)
  •   Carnet d’adresse
  •   Carnet de santé
  •   Passeport – Carte d’identité
  •   Permis de conduite international
  •   Photocopies des papiers importants
  •   Liquide – dollars
  •   Assurance
  •   Ceinture – Pochette documents
  •   Photos d’identité
  •   Travellers chèques
  •   Carte visa
  •   Carnet
  •   Petit atlas
Loisirs :
  •   5 dés – cartes
Reportage :
  •   Appareil photo numérique
  •   Carte de sauvegarde pour appareil photo
  •   Caméra numérique
Assurance :
  •   AVA (assurance voyages et assistance) Plan Santé International : 690€ pour 12 mois
Copyright 2009 - Tous droits réservés - Tour du monde en autostop - Une réalisation ACS Informatique - Creation site internet